{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Critique par Anthony Descaillot

Kurt, c’est Kurt Cobain et Kurt Cobain, c’est Nirvana et Nirvana c’est le groupe qui a marqué l’histoire de la musique! Il a aussi marqué mon adolescence. En effet, du fait de mon âge, je dois admettre que je suis devenu un grand fan de ce groupe...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Salaire de la peur en Macédoine.
L’Humanitaire, voilà une belle institution: partir à quelques-uns, la fleur au fusil - surtout la fleur - à l’ombre de l’ONU, par exemple, pour faire parvenir aux populations persécutées, sous le feu de la guerre,...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

J’avoue, dans mes voyages livresques, je fréquente très peu les romances, surtout si elles sont mièvres. Je reconnais aussi qu’en tant qu’amoureux de littérature, je ne voyais pas le succès « 50 nuances de Grey »d’un très bon œil. Je confesse...

Lire la suite
Critique par Manon Catala

"Une romancière à succès revient sur un crime commis dans la demeure de sa grand-mère pendant la guerre, un soir de réveillon. Un employé de bureau qui s’est introduit de nuit dans le bureau de son patron pour feuilleter ses revues...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Après avoir été une nouvelle fois enthousiasmé par DOA et son « Citoyens clandestins », je poursuis mon expérience avec la suite « Le serpent aux mille coupures ». Les deux histoires sont réunies dans un volume appelé « Cycle Clandestin 1 »....

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

J’habite dans la région clermontoise depuis quelques années. Dès mon arrivée, j’avais entendu parler de Cécile Coulon, l’écrivaine précoce qui faisait la fierté des libraires de la ville. Il a fallu qu’elle sévisse pendant dix ans avant qu’enfin je...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

J’avais placé Retour à Belle étoile sous l’égide de Sénèque, «une des plus belles qualités d’une véritable amitié est de comprendre et d’être compris». Avec ce second volume qui peut à la fois se lire comme une suite, mais aussi indépendamment,...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Une nouvelle collection de romans noirs lancée par la maison Plon, une couverture très stylée, un polar qui se déroule au Gabon, un auteur annoncé comme le Ellroy africain, tout était réuni pour attirer mon attention. C’est donc avec exaltation que...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

Si vous cherchez un jour une définition du mot «littérature», alors sortez votre exemplaire de "Marx et la poupée", car ce livre doit figurer dans la bibliothèque de tout honnête homme. Pour le résumer, il suffit d’une phrase: c’est...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Lors de ma première rencontre avec DOA aux Quais du Polar 2016, suite à ma lecture de « Pukhtu Primo », celui-ci m’avait conseillé de lire « Citoyens clandestins » et « Le serpent aux mille coupures » si je voulais connaitre les origines qui...

Lire la suite
Critique par Christelle Rastelli

Le dernier Delacourt : voilà un livre que j'attendais avec impatience, bien que ni le titre ni le bandeau accolé par l'éditeur n'aient eu sur moi un effet particulièrement motivant. Au final, ce n'est pas le grand coup de cœur...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Cela faisait un moment que je souhaitais découvrir Philippe Besson. Seulement, il fait partie de ces auteurs qui sortent un livre tous les ans. Et la productivité en littérature me rebute toujours un peu. J’ai peur que la quantité prenne le pas sur...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

Après Le Maître, le très taoïste roman de Patrick Rambaud, Monsieur Origami, le très artistique et poétique roman de Jean-Marc Ceci, voici "Le Bureau du Jardin et des Étangs", le très romantique et parfumé roman japonais de Didier Decoin.

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

On imagine vite le thème abordé lorsque l’on se retrouve avec ce petit livre entre les mains. Sa couverture représentée par un berceau peint en rouge et jaune et son titre issu d’une chanson de Manu Chao, laisse présager une aventure ibérique sur...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

Quand on s’appelle Audiard, qu’on est le petit-fils du grand dialoguiste Michel Audiard et le neveu du réalisateur Jacques Audiard et qu’on choisit de se lancer dans le roman, il faut avoir bien du courage. Car si votre patronyme peut vous ouvrir...

Lire la suite