{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Une vie exemplaire

Jacob M. Appel, Anne Renon

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Éditions de La MartinièreDisponible en Ebook

Ce qu'en dit l'éditeur

« Jeremy Balint n'essaie pas de surmonter ses démons. Il est en plein accord avec eux. » Foreword Reviews Magazine Jeune cardiologue éminent, père de deux adorables petites filles, le docteur Jeremy Balint est un homme qui a réussi sa vie. D'autres que lui, apprenant que leur femme dévouée les trompe depuis des années avec un collègue, se laisseraient emporter par la rage. Pas Jeremy Balint. Jeremy Balint va prendre son temps, car Jeremy Balint est un sociopathe. Avec méthode et patience, il va organiser l'élimination de son rival. Et ce n'est que le début. De nombreux romans mettent en scène des psychopathes, mais jamais un écrivain n'était parvenu à nous plonger avec autant d'acuité dans les arcanes de leur esprit. Jeremy Balint ne nous cache rien. Ne nous épargne rien. Il ne voit tout simplement pas le mal comme nous. Jacob M. Appel a publié des nouvelles dans plus de deux cents revues aux États-Unis. Son premier roman, The Man Who Would'nt Stand Up, a remporté deux prix littéraires. Écrivain, il a aussi exercé la psychiatrie à New York, expérience dont il s'est servi pour ce roman.

Jacob M. Appel est un homme à multiple facettes. Psychiatre et romancier, diplômé de Harvard et Columbia, spécialiste en bioéthique, il a publié des nouvelles dans plus de 200 revues littéraires aux Etats-Unis. Son premier roman The Man Who Wouldn't Stand Up a remporté deux prix en Angleterre (The Dundee International Book Prize et The International Rubery Book Award).

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Cardiologue et chef de service à seulement 34 ans, Jérémy Balint mène une vie exemplaire au côté de son épouse, Amanda et de leurs deux filles. Jusqu’au jour où, revenant seul d’un déjeuner chez ses parents, il percute un teckel.
Devant le regard éploré de la pauvre bête, Jérémy décide de l’emmener chez un confrère qui habite non loin de là.
Arrivé sur les lieux, Jérémy inspecte la demeure de l’extérieur et découvre Amanda dans une position compromettante avec ledit collègue.
Germe aussitôt l’idée de se débarrasser de l’amant indésirable, mais Jérémy aussi minutieux que dans sa profession, va prendre son temps pour mettre au point un plan qui va le mettre hors de tous soupçons.

A partir de son déclic, on suit le cheminement de cet homme en apparence normale, qui par vengeance, imagine un plan machiavélique pour faire croire que la mort de son rival est l’oeuvre d’un serial-killer.

A la lecture de la quatrième de couverture et avec un auteur psychiatre, on s’attend à un roman plus psychologique, porté davantage sur la psychiatrie, sans pour autant entrer en profondeur dans le côté technique et complexe du fonctionnement du cerveau humain, qui plus est, ici dans celui d'un serial-killer, mais tout de même… Finalement, on se retrouve avec un premier roman à la lecture agréable, plutôt gentille même.

En plus du manque d’approche psychologique du personnage principal, il n’y a pas de réel suspense. L’approche concernant les meurtres reste basique. Ca reste très light. On s'attend à quelque chose de plus audacieux, plus pertinent, plus fouillé. Et la fin, à moins qu’une suite ne soit envisagée, on reste quelque peu sur sa faim.

Au final, assez déçue par la quatrième de couverture.
Sinon, ça reste un roman divertissant entre Dexter et Esprits Criminels. Une lecture qui fait un peu penser à “Un employé modèle” de Paul Cleave ou au style de Linwood Barclay.