{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Pourquoi Je N'Ai Pas Écrit De Film Sur Sitting Bull

Barre Claire

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Robert Laffont

Ce qu'en dit l'éditeur

« Je pars pour le Dakota du Sud. Direction Amsterdam, puis Minneapolis, où un troisième avion m’emmènera à Rapid City, ville située aux pieds des Black Hills, en plein territoire indien. Là-bas, une voiture de location m’attend. Je vais conduire jusqu’à la petite ville de Deadwood, pour y rejoindre l’hôtel que j’ai réservé en ligne, il y a quelques mois. L’établissement s’appelle le Mineral Palace Hotel & Gaming et possède son propre casino. Alors que l’avion décolle, mon esprit continue à s’interroger, à revenir en boucle sur tous les curieux événements qui m’ont poussée à entreprendre ce voyage. » Quand Sitting Bull apparaît mystérieusement dans sa cuisine, Claire, scénariste parisienne et mère de deux enfants, cherche à décrypter le sens de cette vision… Sa quête la conduit d’abord chez une chamane russe, puis auprès d’Ernie LaPointe, l’arrière-petit- fils du célèbre chef indien. Ce périple insolite en terre sioux permet à Claire Barré de nous raconter, non sans humour, sa découverte du chamanisme et nous offre une plongée dans les coulisses de la création littéraire et de ses imprévisibles sources d’inspiration.
Claire Barré est scénariste (Grand Prix Sopadin 2014) et l’auteur de trois romans, Ceci est mon sexe (Hugo), Baudelaire, le diable et moi et Phrères, tous deux chez Robert Laffont.

Critique postée par :

Joy Maguène

Un roman que j'avais hâte de découvrir. Il est désormais tout en haut de la liste des romans/témoignages sur le chamanisme dans ma bibliothèque.

L’auteur nous livre ici ses débuts dans le chamanisme, et surtout, la façon dont le chamanisme l’a « appelée ». Parce que c’est bien d’un appel, qu’il s’agit : l’héroine, autour d’un plat de pâtes, voit s’afficher sur le bord de sa vision, l’image de Sitting Bull, chef Indien Lakota. Image qui ne la quitte pas pendant 4 jours. Inutile de préciser tout se qui se passe dans la tête de l’auteur, raconté avec beaucoup d’humour et de recul. Claire Barré décide donc d’aller voir une chamane pour comprendre ce qui lui arrive. Et va commencer ce qu’on appelle « les voyages intérieurs » à l’aide d’un tambour. Puis elle se rendra chez Ernie, arrière petit fils de Sitting Bull.

Dans ce récit, écrit de manière fluide et avec beaucoup d’humour, l’auteur décrit ses premières expériences, ses questionnements, ses remises en questions, ses doutes. On apprend aussi des choses sur le génocide Indien et la réalité des conditions de vie de ceux qui restent, les descendants des lignées Indiennes. Même si on sait déjà, cette piqûre de rappel est importante. Pour ne pas oublier.

J’ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre. Il m’a touché en plein cœur. M’a énormément parlé. Comme si certains passages, c’était exactement ce que j’avais besoin de lire. Il m’a ramené à l’essentiel. M’a délivré des messages importants. Il m’a aussi donné envie d’y retourner, dans ce monde fascinant que l’on possède à l’intérieur de soi, qu’on écrase avec nos soucis, nos craintes, nos peurs, nos conditionnements. J’ai appris des choses, j’ai eu la confirmation d’autres. Et il y a deux passages que j’ai envie de partager, pour tous ceux qui se sentent concernés par notre planète, par la paix, le monde animal, ceux qui œuvrent en douce (ou en pleine lumière) pour vivre dans un monde meilleur (et les autres, aussi) :

« Au cœur d’un tipi enflammé, Sitting Bull m’a annoncé que la Nature n’était plus notre alliée et qu’elle n’allait pas tarder à se rebeller contre nous. Le chef Lakota m’a demandé de poser mon oreille sur le sol. Je me suis agenouillée, ma joue s’est collée contre la surface craquelée. C’est alors que je l’ai entendu : le cri de souffrance de la Terre… Un hurlement rauque, déchirant, ressemblant aux sanglots qui résonnent parfois dans la plainte du vent… Un cratère s’est ouvert devant moi. Un cerf blanc, qui semblait représenter l’âme du monde animal, en a jailli et a posé son front brûlant contre le mien. Des larmes coulaient de ses yeux. Il me disait : Nous avons besoin de vous. Ne vois-tu pas qu’il y a urgence ? Ne vois-tu pas que nous sommes en train de mourir ? Ne vois-tu pas ce qui est en jeu ? »

« Sitting Bull se tient face à moi, dans un désert de roches. Il me dit que la paix n’arrivera pas si nous restons passifs. Il faut se battre pour elle, comme on se bat pour la liberté. Devenir un guerrier de paix. Ajoute que nous sommes, sur Terre, bien plus nombreux à désirer la paix que la guerre, mais que les pacifistes ne s’unissent pas entre eux, or, ils devraient contre-attaquer, car ils pourraient « l’emporter ».

Voilà. Je remercie l’auteur d’avoir écrit ce livre. D’ailleurs, le titre est très bien trouvé, même si je m’étais demandé : mais pourquoi ce titre ?

Je conseille donc vivement ce livre. A tous. Il n’y a rien à craindre, l’auteur ne fait pas l’apologie du chamanisme, (ou de je ne sais quelle « technique » pour ouvrir ses chakras, trouver le monde super sympa du jour au lendemain, ou devenir maître zen en trois leçons). Non, elle nous décrit simplement son expérience (présente ou passée) avec pudeur, humilité, beaucoup de recul. Avec des mots justes et beaucoup d’humour. Elle nous donne envie de découvrir (ou redécouvrir) ce monde intérieur que nous possédons tous (et auquel nous pouvons avoir accès de pleins de façons différentes) et qui ne demande qu’à être exploré…