{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Chaînes Et Terreur : Un Évêque Dans Les Geôles Communistes

Ioan Ploscaru, Raymond Lamarque, Défois Gérard, Mesian Alexandru

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Editions Salvator

Ce qu'en dit l'éditeur

L'auteur de ce livre est un authentique martyr de notre temps. Évêque roumain de l'Église gréco-catholique, rattachée à Rome, il témoigne des souffrances inhumaines qu'il endura dans les geôles communistes de Roumanie. Peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le régime roumain voulut, comme en Ukraine, anéantir l'Église gréco-catholique locale : les évêques, les prêtres, les fidèles furent sommés d'incorporer l'Église orthodoxe, sous peine de se placer hors-la-loi. Les évêques ayant refusé, la plupart furent arrêtés en 1948 et moururent en prison. D'autres furent ordonnés dans la clandestinité, comme Mgr Ploscaru, qui fut ensuite emprisonné. Pendant sa détention, il décrit dans son journal la férocité de ses bourreaux, les humiliations aberrantes qu'ils infligent aux prisonniers, et relate la mort en martyrs de ses compagnons évêques. On sort de la lecture de ce livre fas­ciné par son extraordinaire résistance spirituelle, sa foi capable de discerner la lumière dans les ténèbres et même par la miséricorde qu'il a pu éprouver pour ses terribles geôliers. Mort en 1998, à l'âge de 87 ans, Mgr Ioan Ploscaru transmet dans ce livre le bouleversant témoignage chrétien d'un homme faisant face à l'une des grandes tragédies de notre histoire. Mgr Ioan Ploscaru (1911-1998) fut évêque gréco-catho­lique de Lugoj en Roumanie. Arrêté en 1950 pour être resté fidèle à Rome et n'être pas passé à l'Église ortho­doxe comme l'exigeait le régime communiste, il purgea quinze années de prison après avoir été clandestinement ordonné évêque par le nonce apostolique. Il en fait le récit dans ce livre de souvenirs qu'il a rédigé pendant son incarcération. Mgr Ploscaru est aussi l'auteur d'un recueil de poèmes écrits en prison : Croix de barreaux. Poèmes du Goulag roumain (Librairie Bleue).

Critique postée par :

Augustin chartier

Chaînes et terreur nous fait vivre ce qu’un prisonnier religieux, un évêque, a vécu sous le régime communiste. Sa seule faute ? Faire partie de l’Église catholique. L’évêque vivra alors en prison persécutions, menaces, tortures, … il nous livre ici son témoignage ; son martyr.

C’est un livre hors du commun que je viens d’achever aujourd’hui. Si je devais prendre seulement quelques mots pour le résumer je choisirais : foi, martyre, histoire, communisme.
Dans ce magnifique ouvrage, monseigneur Ioan Ploscaru entre dans le détail de ce que fut sa vie en prison. Mais pourquoi y est-il ? Et bien pour sa foi. Aussi étrange que cela puisse paraître, les communistes qui ont envahi la Roumanie veulent forcer tous les chrétiens à n’adhérer qu’à l’Église orthodoxe pilotée alors par l’URSS. Ne se laissant pas faire, par amour de son Église et du Christ il sera enfermé de longues, très longues années.
Dans son récit il ne dit pas ce qu’il subit comme type d’interrogatoire mais il décrit ce que les autres subissent avec tant de véracité que le lecteur petit à petit comprendra ce qu’il a enduré. Éprouvé par les tortures, les interrogatoires qui n’en finissent pas, le froid qui perce par les murs et le climat de terreur répandu en permanence par ses bourreaux, l’évêque gardera sa foi et son attachement à l’Église Gréco-catholique (Église de rite oriental attachée à Rome) intact.Chaînes et terreur - lire chrétien - couverture

L’auteur nous mène donc aux confins de ses cellules, lorsque seul, ou parfois à plusieurs, une seule chose reste à faire prier et continuer à espérer.
Mais ces 400 pages que vous lierez d’une seule traite, ne vous apporteront pas seulement une biographie d’un prisonnier : elles ont été pour moi une véritable découverte. En effet, ces persécutions contre l’Église attachée à Rome m’étaient inconnus, c’est une partie de l’histoire de notre Europe que j’ai découverte. Je ne peux pas penser que si cela s’est fait en Roumanie la même chose à très bien pu se produire dans d’autres pays occupés par le communisme comme l’Ukraine par exemple.

Mgr Ioan Ploscaru ne cherche pas ici à incriminer ses bourreaux, il ne cherche pas de vengeance mais il raconte les faits, ceux qu’il a vécus, ceux qu’il a ressentis jusque dans sa chair. Il nous livre un témoignage passionnant de cette partie de sa vie tout en n’oubliant pas ses confrères prêtres et évêques avec qui il a passé toutes ces années et dont beaucoup ne sont jamais ressortis.

C’est donc un témoignage poignant que j’ai lu en quelques jours presque comme un roman alors que c’est une autobiographie.
Pour certains cela restera peut-être une anecdote dans l’histoire, pour d’autres – dont je suis – cet ouvrage de Mgr Ioan Ploscaru changera la façon de voir l’histoire et leur permettront de contempler ces Églises qui souffrent avec un regard renouvelé.

À lire d’urgence.