{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

Barbara Constantine

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Librairie générale française

Ce qu'en dit l'éditeur

Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobile home avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l'a eu à treize ans et demi). Comme Joss adore faire la fête et partir en week-end avec ses copains, Tom se retrouve souvent seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger, il va chaparder dans les potagers voisins... Mais comme il a peur de se faire prendre et d'être envoyé à la Ddass (sa mère lui a dit que ça pouvait arriver et qu'elle ne pourrait rien faire pour le récupérer), il fait très attention. Un soir, en cherchant un nouveau jardin où faire ses courses, il tombe sur Madeleine (quatre-vingt-treize ans), allongée au milieu de ses choux, en larmes parce qu’elle n’arrive pas à se relever. Elle serait certainement morte, la pauvre vieille, si le petit Tom n'était pas passé par là...

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Rien ne me prédestinait à lire un roman de Barbara Constantine jusqu'à ce que la super équipe de la médiathèque de Saint-Pierre organise une rencontre. Venue dans le cadre du salon jeunesse de l'Océan Indien, il aurait été dommage de passer à côté ! Et puis au détour du stand olive du marché forain, je croise Monique, fidèle adepte du club de lecture que nous côtoyons, me conseillant la lecture de "Tom, petit Tom..." qu'elle a adoré. Ni une, ni deux, je me procure le dit bouquin et le dévore. Littéralement. Je suis sous le charme de ce roman frais et tendre, d'une bienveillance bouleversante. Avec avidité, j'ai suivi la vie du jeune Tom à la lueur de l'été, au rythme des plants de tomates et des folles nuits de Joss, sa mère. A onze ans, Tom s'occupe essentiellement de lui. Débrouillard, il vole dans les potagers surtout celui d'Odette et Archibald récents habitants du village, jusqu'à ce fameux soir où il retrouve Madeleine, vieille dame tombée dans son jardin. Ce livre, à l'image de l'auteure, est une bouffée de douceur où les relations intergénérationnelles sont précieuses.

Dans un mobile-home délabré, Tom onze ans, vit avec sa mère Joss, une fêtarde invétérée, mais travailleuse. L'ayant eu à l'âge de 13 ans, Joss profite de sa jeunesse et pour cela, laisse souvent son fils seul. Débrouillard, Tom n'en ai pas moins un enfant. Avec très peu de moyens, ils vivent chichement. Alors pour manger, ils volent, juste ce qu'ils leur faut, dans les jardins alentours. Mais Tom a son jardin de prédilection, celui d'Odette et Archibald, deux retraités installés au village depuis un an. Plants de tomates, patates et autres légumes, Tom diversifie ses menus tout en pensant effacer les traces derrière lui... Mais c'est la rencontre avec Madeleine, une pauvre petite vieille tombée dans son jardin secourue par notre protagoniste, qui va bouleverser cet été et peut-être même sa vie...

A l'instar des plantes qu'il fait pousser, la vie du jeune Tom bourgeonne, grandit et s'épanouit au fil des pages. Porté par ce personnage, le roman d'une légèreté évidente ne l'ai finalement pas tant que ça. Car sous cet air bon-enfant, Barbara Constantine questionne sur la filiation, les relations intergénérationnelles ou encore l'amour et l'estime de soi. D'une bonne humeur sans faille, elle fait l'éloge de la simplicité, du retour à la terre et ses valeurs tout comme la contemplation. Délicieux !

Alors que l'on s'attend toujours à ce que ce soit l'adulte qui montre la voix, ici, c'est cet enfant qui porte le monde qui l'entoure, fil conducteur de tous les personnages. De tous ces individus attachants où chacun contribue de sa personnalité, j'ai une tendresse particulière pour Madeleine, vieille dame mal en point que la vie n'a pas épargnée. Mais aussi pour celui, plus controversé, de Joss. Toujours abordée pour sa généreuse poitrine, j'ai eu de la peine pour elle. D'abord d'être passé à côté de son adolescence (qu'elle rattrape assez souvent...), mais surtout pour sa recherche désespérée d'amour.

Ecriture fluide et simple, ce roman accessible et malicieux fait la part belle à la générosité de la vie. Pour avoir échangé avec la romancière, il me tarde de lire d'autres de ses livres où la bienveillance est tout aussi présente.

C'est le moment où je vous parle gourmandise, et là, il y a de quoi ! Pendant ma lecture, je n'ai eu de cesse de penser aux fruits et légumes qui picorent ce roman, donc il était tout naturel de proposer une salade de fruits...à la mauricienne ! Bah, oui, un peu d'exotisme ne fait pas de mal, surtout en cet été indien qui semble se prolonger en métropole. Mangues, ananas, letchis, piment et vinaigre... Laissez-vous tenter !