{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Seuls, 3 : Le clan du requin

Bruno Gazzotti, Fabien Vehlmann

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Dupuis

Ce qu'en dit l'éditeur

Dans un pays dont les habitants ont mystérieusement disparu, cinq enfants vont devoir apprendre à se débrouiller seuls.

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Après vous avoir mis l'eau à la bouche avec les deux premiers opus, me revoilà avec le troisième tome qui n'est pas de tout repos ! En tendant vers plus d'action, il amorce doucement le questionnement sur la disparition de la population. Toujours aussi colorés, le scénario quant à lui explore les sombres facettes de la société reproduite par les enfants. Il y est entre autres, question de sexisme, d'autorité et de violence... Vaste programme donc ! Alors que de nouveaux personnages font leur apparition, les enfants s'organisent et démontrent une solidarité solidement acquise. Avec des personnages plus complexes et une intrigue de plus en plus mystérieuse, cette bande dessinée prouve qu'elle en a sous le capot !

Pendant que la bande des cinq parcoure les villes environnantes dans leur bus aménagé, ils sont attaqués par une bande de chiens errants. A la croisée des routes, ils rencontrent d'autres enfants qui les conduisent au parc d'attractions dont ils ont pris possession. En tête de file : Saul. A onze ans, admirateur du III ème Reich, il insuffle sur le clan une autorité où le machisme est de rigueur. En gagnant sa place de chef en traversant à la nage le bassin contenant un grand requin blanc, Saul compte bien asseoir son pouvoir sur les nouveaux arrivants...

Tandis que les chiens retournent à l'état sauvage, les enfants ne sont pas loin de reproduire le même état. De la difficulté de faire partie d'un groupe ce tome, me rappelant la série "The Walking Dead", aborde avec intelligence la régression flagrante du comportement humain lorsque les cadres ne sont plus. De la loi du plus fort au sexisme élémentaire, le fantasme enfantin de vivre dans un parc d'attractions vire au cauchemar !

La cohésion du groupe des cinq, plus forte que jamais, renforce l'attachement à la nouvelle famille qu'ils se sont créé. Alors que Saul affirme son autorité sur Dodji, Leila, Yvan,Terry et Camille unissent leur force dans une série d'actions. Qui en sortira vainqueur ? Au moment où Dodji prend une place de plus en plus importante, une question détourne notre attention : a-t-il réellement tué son père ?

De la fin sanglante, quelques ouvertures sur l'étrange disparition de la population pointent le bout de leur nez : Saul révèle à Dodji se rappeler ce qui s'est passé malgré l'obscurité et déclare qu'il s'agit de la fin, sans toutefois en dire plus. Alexandre et Sélène, deux frères et sœurs au comportement étrange, se concerte en pensant que l'enfant qui peut les perdre se trouve parmi la joyeuse bande. Et enfin, Yvan semble être pris de souvenirs troublants lors de cette fameuse nuit... Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Un tome riche en actions, mais aussi en réflexions ! Un cocktail détonnant qui donne matière à suivre avec avidité les aventures de ces gamins débrouillards. Non seulement, j'ai adoré les thèmes abordés, mais aussi les leçons que l'on peut en tirer. De cette bande dessinée pour enfants le scénariste à su capter les problèmes de nos sociétés pour les transposer à hauteur d'enfants, et c'est réussi ! Avec légèreté et humour, il tourne ainsi en ridicule le comportement machiste comme la compétitivité abusive.

Au moment où je vous écris ces mots, je connais déjà la suite et vous promet qu'il y a non seulement un aspect psychologique plus profond, mais aussi encore plus de mystères... Que sait le duo des frères et sœurs ? Dodji reste-t-il à la tête du clan ? Une seule chose à vous révéler : le retour du maître des couteaux. Rien que ça !

Pour une BD aussi colorée, je ne pouvais que vous proposer un goûter tout aussi régressif : des cupcakes magiques fraises bonbons et son chocolat chaud à la guimauve...gnark, gnark, gnark !