{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil
Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Folio

Ce qu'en dit l'éditeur

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Une véritable petite saloperie chimique se balade dans la nature et il ne s'agit plus seulement de sauver des vies humaines. L'État français, ou certains de ses représentants, est prêt à tout pour éviter ce qui pourrait être une hécatombe et un formidable scandale. La journaliste Amel Balhimer ou l'apprenti jihadiste Karim ne le savent pas encore mais leurs destins sont liés et pourraient devenir matière à gros titres du 20 heures. Ailleurs, un homme braque la lunette de son fusil high-tech sur la fenêtre d'une ferme. Démarre alors un effrayant compte à rebours...

Critique postée par :

Anthony Descaillot

Lors de ma première rencontre avec DOA aux Quais du Polar 2016, suite à ma lecture de « Pukhtu Primo », celui-ci m’avait conseillé de lire « Citoyens clandestins » et « Le serpent aux mille coupures » si je voulais connaitre les origines qui menaient à Pukhtu. Alors quand j’ai découvert la sortie de ces deux opus en un seul volume, je n’ai pas hésité… enfin un peu quand même ! En effet, depuis ce premier contact littéraire avec l’auteur, j’ai compris que pour bien apprécier son style, il fallait prévoir de longues périodes de lecture. En gros, il fallait avoir des heures devant soi et donc du courage pour entrer dans son univers. J’ai donc pris mon temps pour trouver le moment opportun à cette grosse lecture.

Et je ne le regrette pas. Dans ce premier volume, les ingrédients qui ont fait de Pukhtu un grand livre, étaient déjà présents. Tout d’abord et ça peut faire peur, ce roman est d’une grande densité, tant en nombre de pages que dans sa construction. Durant ces quelques 700 pages en continu, sans chapitres, on rencontre une pléiade de personnages représentants les différents milieux qui interviennent dans les circonstances dramatiques. Alternativement, on suit des journalistes, des policiers, des djihadistes, des espions et des mercenaires. Ils forment tous les pièces de l’échiquier sur fond de menace terroriste. D’un paragraphe à un autre, chaque pion se déplace en fonction du mouvement des autres. Le lecteur se retrouve alors au centre de terrain de jeu comme un spectateur omniscient. Il peut ainsi appréhender au mieux les rouages de cette machination et se laisser embarquer.

Cette forme de narration demande à l’auteur un grand travail de documentation. Le résultat est un roman foisonnant d’informations que DOA sublime par son sens du rythme. Il sait ralentir quand il faut approfondir et accélérer quand les évènements le demandent. Le nombre important d’acteurs et de services en action m’a un peu déstabilisé dans le premier tiers de l’histoire. Mais une fois cette contrainte digérée, je suis entré en complète immersion dans ce monde terroriste créé par DOA. Par sa taille et son contenu, c’est un livre qui se mérite et le jeu en vaut la chandelle !