{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Sa mère

Saphia Azzeddine

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Stock

Ce qu'en dit l'éditeur

Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d'autres camarades de galère et d'errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime ? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte ? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose : le culot, la parole qui frappe, l'humour cinglant, l'insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions.
C'est une héroïne de notre temps.

Critique postée par :

Anthony Descaillot

Il y a des auteurs qui nous font rêver avec des personnages extraordinaires aux destins hors normes ou avec des aventures fabuleuses jalonnées de rebondissements. Et puis, il y en a d’autres qui préfèrent s’intéresser aux petites gens à la destinée beaucoup moins glorieuse. Saphia Azzeddine fait partie de cette deuxième catégorie : les héros du quotidien.

Dans ce nouveau roman, elle entraîne sur les traces de Marie Adélaïde, une jeune fille au passé dramatique. Elle fait des boulots qu’elle trouve, elle habite où elle peut, elle côtoie des personnes de seconde zone… elle a une vie modeste, tout simplement. En parlant à la première personne, l’auteur arrive parfaitement à nous faire entrer dans ce petit monde. Elle utilise le langage de cette population pour mieux appréhender leur condition. Par les yeux de sa narratrice, elle contemple les gens de ces quartiers et leurs réactions face au système. Cela lui permet de critiquer la bêtise de certains, la colère d’autres et de faire une analyse sommaire de la situation de ces moins bien lotis. Elle traite aussi de la recherche d’identité et du besoin de reconnaissance, deux quêtes assez difficiles à mener à bien dans ces milieux défavorisés.

La plume de Saphia Azzeddine est souvent acerbe. Elle n’hésite à aller droit au but et n’épargne personne, quitte à choquer. Grâce à une certaine ironie et à l’humour, elle jette un œil plutôt acéré sur le système social déséquilibre mais aussi sur les personnes victime de ce système. Cette impartialité offre au lecteur une vision d’ensemble qui ne donne pas de solution mais a au moins le mérite de lever le voile sur les choses.
J’ai beaucoup aimé le regard porté sur cette population et sur la recherche de ses origines. Je regrette seulement que certaines réflexions intéressantes ne soient pas plus développées et que le dénouement soit si quelconque. Ma première expérience avec cette auteure n’en reste pas moins une belle découverte, en pleine immersion. A suivre…