{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Matteo a perdu son emploi

M. Tavares goncalo

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Viviane Hamy

Ce qu'en dit l'éditeur

Aaronson n’a pas toujours été mort. Il fut un temps où Aaronson était même, sans exagérer, un être vivant. De vingt-sept à trente ans, Aaronson tournait – tel un insecte obsessionnel – autour d’un rond-point. Tous les matins, on pouvait voir un homme, entre sept heures et sept heures et demie, faire le tour du principal rond-point de la ville, vers lequel convergeait 60 % de la circulation.

C’est ainsi que Gonçalo M. Tavares nous invite à suivre les aventures extravagantes de ses personnages : un joggeur, un enquêteur sondeur, un enseignant, un collectionneur de cafards… Jusqu’à l’apparition de son héros, le vrai, Matteo, celui qui a perdu son emploi. Vingt-six individus dont les destins sont liés comme dans un jeu de dominos, la chute d’une pièce entraînant celle de la suivante.
Le lecteur avance de surprise en surprise, empruntant simultanément les chemins de l’absurde et de l’intelligence, il découvre au fil des pages une créativité fascinante qui rappelle celle de Kafka, Beckett ou Melville. Un univers où les ambiguïtés sont reines et offrent de passionnantes réflexions sur l’homme, la ville, la vie moderne et l’ironie de l’existence.

Gonçalo M. Tavares est né en 1970. Il enseigne l’épistémologie à Lisbonne. Auréolé de nombreux prix nationaux et internationaux, il est publié dans 35 pays.

Traducteur : Dominique Nédellec

Critique postée par :

Anthony Descaillot

Même si je voulais vous dévoiler l’histoire, j’en serais incapable. « Matteo a perdu son emploi » fait partie de ces romans inclassables qui sont difficiles à étiqueter. Le contenu comme le contenant sont particulièrement atypiques.

Dans ce petit roman, les évènements sont racontés à l’aide de très courts chapitres. Ils sont au nombre de 26. Chacun d’entre eux concerne un personnage différent et son quotidien. Ils n’ont en apparence aucun lien évident les uns avec les autres mais seulement un détail, un instant ou un objet qui va les relier avec le chapitre suivant. Ainsi les aventures se succèdent donc tous azimuts, sans queue ni tête.
Les histoires elles-mêmes sont toutes d’une grande originalité. Le destin des protagonistes est souvent plein de surprises. Toutes les péripéties dérivent vers le loufoque ou l’absurde. L’auteur part d’un point de départ pour nous emmener là où on n’aurait jamais pensé aller. Chaque scénette fait son petit effet en mettant notre cerveau à contribution et en l’obligeant à déconnecter.

C’est une expérience plutôt déstabilisante au début mais qui devient entraînante lorsqu’on se laisse porter par la folie du texte. Il faut laisser sa logique et sa raison de côté si on veut profiter de ce moment de lecture hors du commun. L’écriture de Gonçalo M.Tavares est très agréable et parfaitement adaptée à l’ouvrage. Seule la postface (conséquente par rapport à la petite taille du livre) m’est restée un peu en travers de la gorge tant je l’ai trouvée ennuyeuse, pompeuse et surtout sans intérêt. Je vous conseille donc de ne pas lire ces notes explicatives et de garder la magie de ce roman, qui se suffit à lui-même.

Moi qui suis en général assez réticent aux aventures livresques excentriques, je me suis délecté de cette grande farce. Je réitèrerai donc avec une autre œuvre de cet auteur quand je chercherai à sortir de mon quotidien cartésien !