{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Parfaite

Caroline Kepnes, Camille de Peretti

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Kero

Ce qu'en dit l'éditeur

Je sais tout de toi. Tu es parfaite. Je t'aimerai à la vie, à la mort. Tu es à moi pour toujours.

Lorsque Beck pousse la porte de sa librairie, Joe est immédiatement sous le charme. Ravissante, effrontée, sexy, elle est tout simplement tout ce qu’il cherche chez une femme. Et quand Joe aime, il est prêt à tout pour parvenir à ses fins…

Quelques semaines plus tard, la vie de Beck n’a plus de secrets pour Joe. Il a trouvé son nom, son adresse, s’est procuré accès à ses emails, il la suit virtuellement sur les réseaux sociaux et physiquement dans les rues de New York.

Avec un peu d’organisation, une « vraie » rencontre est vite provoquée, et comment résister à un garçon qui devance vos moindres désirs, semble deviner vos pensées les plus intimes ? Et lorsque des personnes de l’entourage de Beck sont victimes d’accidents macabres, c’est tout naturellement dans les bras de Joe que se réfugie la jeune femme.

Mais si Beck ignore l’ampleur de l’obsession de son nouveau petit ami, Joe ne connaît pas non plus toutes les facettes de sa bien-aimée...

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Parfaite s'inscrit dans la lignée des bons thrillers psychologiques. Même des très bons. Caroline Kepnes nous offre un roman où l'obsession et la possession d'autrui n'ont jamais été aussi séduisantes. Le suspense d'abord frileux monte crescendo sans toutefois tomber dans la caricature des psychopathes sadiques. Non, ici il s'agit de charmer pour mieux désarmer. Troublant !

Lorsque Beck entre dans la librairie de Joe elle ne s'imagine pas une seule seconde provoquer le désir de ce dernier. Plus qu'un désir, Joe est obsédé par la belle et sexy étudiante au point de la suivre physiquement mais aussi virtuellement. Subtilisant quelques objets, notamment son téléphone, le libraire va tout faire pour provoquer une rencontre, s'insinuer dans sa vie quitte à éliminer les obstacles sur son passage. D'abord amis puis amants, la jeune-femme est loin de se douter du piège qui se referme sur elle. Mais Joe connait-il aussi parfaitement la personnalité de Beck...?

Au commencement, Joe ne semble pas fou, juste amoureux. Un peu rapidement oui, mais apparaît comme quelqu'un de tout à fait sympathique quoique légèrement prétentieux. Voilà en quoi résonne le tour de force de l'auteur. D'un personnage un peu borderline, la romancière sème le doute en le rendant sympathique et pose la question de la frontière entre amour, obsession, possession. Qu'est-ce que l'amour ?

La séduction et le sexe, éléments obsessionnels de tous les personnages, se confondent dans ce qu'ils croient être un passage obligé de l'acte d'amour. Épris d'eux-mêmes, le narcissisme amoureux est porté à son paroxysme par la manipulation qu'elle génère. On assiste à une mise en abîme de l'obsession. Finalement qui est obsédé par qui ?

L'emploi du "tu" intelligemment utilisé tout au long du roman apporte une proximité entre Joe et les lecteurs, ainsi l'impression de partager ses pensées malsaines est perturbante. Ecrit comme un journal des sentiments, j'ai senti poindre en moi une certaine pitié pour ce jeune homme mais aussi de la crainte et une détestation de l'objet de son adoration, Beck. C'est vous dire si l'auteur a bien fait son boulot !

Bourré de références littéraires et cinématographiques très intéressantes; elles rythment les différentes obsessions de chacun notamment le film de Woody Allen, Hannah et ses sœurs, devenant le lien relationnel entre Joe et Beck.

Ici point d'actions retentissantes, ni de suspense haletant mais une psychologie des personnages fouillée. Le dénouement n'est pas le but, c'est le déroulement des événements qui importe. Certains vous diront que ce roman est cru, oui, mais en aucun cas vulgaire et donne un certain crédit à cette fiction. Quoi qu'il en soit j'ai passé un bon moment, ai pu m’immerger dans un cerveau malade et rien que pour ça je dis merci Caroline Kepnes.