{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Ne crains pas la Faucheuse

Alexis Aubenque

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions J'ai lu

Ce qu'en dit l'éditeur

Installé depuis peu dans la station balnéaire californienne de Pacific View, le lieutenant Gregory Davis enquête sur la découverte du corps mutilé d'un jeune homme. Aidé du sergent Veronica Bloom, il tente de comprendre les motifs du meurtrier.

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Veuf, Gregory Davis vient de s’installer avec ses deux enfants à Pacific View, dans un manoir hérité d’un oncle par alliance.
Nouvellement promu lieutenant au commissariat de cette ville balnéaire de Californie, il doit faire face pour sa prise de fonction à un meurtre inhabituel : le cadavre d’un jeune barman retrouvé dans sa baignoire les yeux percés, les oreilles, le nez et les lèvres découpés, la gorge tranchée et le pénis sectionné. Sur le miroir de la salle de bains, est inscrit au rouge à lèvres "Ne crains pas la faucheuse" .
Pour cette première enquête, Davis décide contre toute attente de faire équipe avec le sergent Bloom, celle qui aurait dû avoir son poste…

Quelle bonne surprise de découvrir l’écriture et le style d’Alexis Aubenque au travers de ce roman, le premier tome de la série Pacific View.
Tout y est parfaitement dosé : la famille, l’enquête en cours, le suspense, les retournements de situation et une bonne zone d’ombre qui entoure aussi bien la famille Davis que le manoir où elle réside, le tout dans un style très visuel.
De petits détails rendent le récit plus vivant, qui donnent plus d’humanité à ces personnages.

Si l’intrigue est assez classique, c’est bien des personnages attachants, notamment la famille Davis que l’on apprécie dès le départ, qui donnent un intérêt particulier au déroulement de ce roman.
Et l’auteur nous prend à contre-sens avec des rebondissements et des fausses pistes au moment où l’on s’attend à une suite logique.

Seul hic, l'épilogue nous laisse sur notre faim. Ayez (déjà) sous le coude le tome 2 de Pacific View “Tu ne manqueras à personne”.