{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Max et les poissons

Sophie Adriansen, Tom Haugomat

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Nathan

Ce qu'en dit l'éditeur

Max a un poisson rouge ! C'est sa récompense : à l'école, il a reçu un prix d'excellence. Max a aussi une étoile jaune sur la poitrine. Il la trouve jolie, mais ses camarades se moquent de lui et disent qu'elle sent mauvais. Il ne comprend pas pourquoi. Comme il ne comprend pas cette histoire de "rafle" dont parlent ses parents. Ils disent qu'elle aura lieu demain, mais c'est impossible : demain, c'est son anniversaire ! Il sait déjà que sa soeur lui a fait un cadre en pâte à sel, et il espère que ses parents lui offriront un second poisson...

Critique postée par :

Julie R

Il est des cheminements d'auteurs que j'aime à suivre, parce qu'ils brillent, même s'ils restent encore confidentiels, par leur intelligence et leur recherche inlassable des mots pour, simplement, dire le monde qui nous entoure. Parmi ces parcours, j'ai toujours réservé une place particulière à Sophie Adriansen : parce que quel que soit le sujet qu'elle aborde dans ses livres, qu'il s'agisse de Louis de Funès, Grâce Kelly, ou encore une soeur découvrant un frère qu'elle ne soupçonnait pas, c'est toujours avec une plume sensible et délicate, une retenue pleine de tendresse qui rend ses personnages si beaux et attachants.

Dans Max et les poissons, Sophie Adriansen aborde un sujet terrible et douloureux, celui de la rafle du Vel d'Hiv'. Mais plutôt que de le faire de manière frontale, Max et les poissons étant un roman jeunesse, Sophie Adriansen nous en parle au travers du regard d'un enfant, un enfant comme les autres, qui aime aller à l'école, jouer avec ses camarades, qui rit et interroge le monde de ses grands yeux avides, mais qui porte également une étoile jaune, ce qui, progressivement, le stigmatise aux yeux des autres, jusqu'au drame du Vel d'Hiv', puis de la déportation.

À notre époque qui vit un regain effroyable d'antisémitisme, et de xénophobie en général, il est essentiel d'éduquer, d'expliquer aux enfants les horreurs vécues par les générations passées : pour qu'ils soient, à leur tour, dépositaires de cette mémoire, pour que tout cela ne puisse se reproduire.

Pour cette raison, _Max et les poissons _est un roman jeunesse indispensable, à lire et faire lire, que vous ayez sept, ou même soixante dix-sept ans, un livre qui interroge, qui bouscule et élargit les consciences, pour que la haine de l'autre, déterminée par son origine ou par sa religion, ne puisse, jamais plus, se répandre et triompher.

Max et les poissons - Sophie Adriansen