{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Les douceurs d'Adrien

Céline Theeuws

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Céline Theeuws

Ce qu'en dit l'éditeur

Louise, une romancière atteinte de troubles obsessionnels compulsifs qui vit recluse dans son appartement parisien va faire la rencontre d’Adrien, un pâtissier créatif qui puise son inspiration dans la rue et dans les livres. Fermement décidée à ne jamais ouvrir sa porte, elle va se heurter à la détermination du jeune homme qui va s’insinuer progressivement dans son quotidien monotone rempli de rituels.

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Louise auteure, vit recluse dans son appartement depuis qu’elle a été diagnostiquée inapte au travail dû à des troubles obsessionnels du comportement.
Chaque matin c’est le même rituel, Louise brique inlassablement son appartement quand un jour, Adrien un jeune boulanger/pâtissier va frapper à sa porte et bouleverser son quotidien.
Fan de l’auteure, le jeune homme souhaite rencontrer celle qu’il considère comme sa muse mais il va se trouver face à un mur car Louise refuse tout contact avec l’extérieur. Si Adrien est un peu naïf, il sait aussi se montrer tenace et persuasif en misant sur ses talents culinaires…

Avec une couverture gourmande qui donne l’impression de nous emmener sur un feel-good voire une chick-lit, ce roman qui semble cousu de fil blanc est pour le moins déroutant.
L’auteure nous surprend avec la tournure que prend finalement cette histoire, en mêlant complexité et légèreté pour aborder le thème de la solitude, du repli sur soi mais aussi de cette maladie méconnue, plus communément appelée TOC.
Déconcertant aussi car on retrouve ici et là certaines expressions dépassées qui nous font penser que le personnage de Louise a un certain âge, alors qu’il n’en est rien.

L’auteure qui possède un style à part, mêlant classique et contemporain, a su trouver le juste ton pour traiter de ce sujet délicat avec finesse et beaucoup de douceurs.

Seul bémol, une fin trop rapide, trop simple, au vu de la complexité du personnage qu'est Louise.