{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Les corps inutiles

Delphine Bertholon

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions JC Lattès

Critique postée par :

Julie R

Ma chère Delphine,

Je viens de terminer votre roman "Les corps inutiles", et me voici sans voix, totalement époustouflé par la profondeur, l'intelligence, et l'humanité de votre roman.

Je me rappelle la première fois où nous nous sommes rencontrés : c'était à l'occasion de la première édition du salon du Clos de Vougeot "Livres en Vignes". Vous étiez là pour signer "L'effet Larsen", j'étais à l'époque le tout jeune directeur de la Librairie Grangier à Dijon. Lorsque je vous ai vue, je vous ai trouvée fragile, certainement à cause de la mélancolie que je pouvais percevoir dans votre regard. Puis, au bout de quelques minutes, vous m'avez fait rire aux éclats en vous moquant de moi à cause du nombre astronomique d'exemplaires que j'avais fait venir pour vous.

Je vous ai trouvée belle, et j'ai su, dans ces deux jours pour vous passés à côté de Thibaut de Saint-Pol, pour moi, autant que possible avec vous, dans les moments de répit que me laissaient Madeleine Chapsal et Marie Rouanet qui s'étaient, de l'aveu de tous, entichées de moi, que je vous suivrai désormais, parce que j'avais aimé "L'effet Larsen" mais, surtout, parce que je vous aimais vous.

D'ailleurs, dans les années qui ont suivi, j'ai eu l'occasion de vous inviter à des signatures, notamment à Grenoble. Ce fût toujours pour moi de beaux moments, précieux...

Lorsque, l'année dernière, le chevalier libraire Nathalie Couderc m'a parlé de vous, m'a parlé de sa passion pour votre roman "Le soleil à mes pieds", je lui ai raconté cette histoire, ce lien fort que je ressens vis à vis de vous, et je me suis dit que le destin savait faire les choses pour que je puisse vous revoir, vous dire de nouveau tout ce que je ressentais pour votre livre.

Aujourd'hui, comme je le disais, je viens de terminer votre dernier roman, "Les corps inutiles", et je vous le dis Delphine Bertholon : vous êtes un grand auteur, un de ces auteurs essentiels et rares, qui savent vous transporter dans leur narration, qui vous mettent le coeur et l'âme à vif, en réhabilitant nos zones d'ombre, en leur conférant une vraie légitimité.

Au travers du portrait de Clémence, que ce soit à 15 ans ou à 30 ans, c'est à nos blessures que vous avez donné la parole, à nos silences souvent lourds de nos traumatismes, qui nous bouffent au quotidien la vie, au risque de la briser, définitivement.

Il y a de l'humanité dans votre écriture, un profond respect des autres, de tous ceux qui passent dans nos existences, totalement inaperçus, simplement parce qu'on leur a volé, ou qu'ils ne l'ont jamais trouvée, la clé qui leur permettrait de mener une vie "normale". Vous avez cette capacité à conférer de la noblesse, y compris à ceux qui s'en sentiront à jamais dépourvus parce que d'autres auront abusé d'eux.

Votre roman est un beau roman comme vous, Delphine, vous êtes une magnifique auteure.

Je vous aime, tout simplement...

les corps inutiles - delphine bertholon

Les corps inutiles est publié aux éditions J.C. Lattès

Les corps inutiles est disponible au format Ebook