{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Underground Railroad

Colson Whitehead

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Editions Albin Michel

Ce qu'en dit l'éditeur

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord.
De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le « misérable cœur palpitant » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté.

Critique postée par :

Yves Montmartin

Le maître répétait souvent que la seule chose qui soit plus dangereuse qu'un nègre avec un fusil, leur dit-il, c'était un nègre avec un livre.

Ajarry, sa grand-mère fut sans cesse vendue, troquée, revendue, bradée, jouée dans des parties de cartes. Mabel, sa mère, s’est enfuie la laissant seule dans l’enfer de l’esclavage, Cora est esclave dans le domaine des frères Randall. Quand Caesar lui propose de s’échapper vers le Nord, par l’Underground Railroad, le chemin de fer clandestin, elle a dit oui. Ils ont six heures avant qu’on découvre leur absence.

A 14 ans, Ridgeway a rejoint les patrouilleurs, à l’annonce d’une évasion il entre joyeusement en action. Est-ce une vocation de traquer des nègres ayant à peine l’intelligence d’un chien ? Ridgeway se fait un nom, il est devenu un vrai chasseur, un défi l’attend à la plantation Randall, retrouver Cora et Caesar, les deux fugitifs. Depuis que Ridgeway a échoué à capturer Mabel, il est obnubilé par la capture de Cora.

Ce Récit raconte la fuite de Cora une jeune esclave à travers le Sud des Etats-Unis, et la poursuite implacable d’un chasseur de primes qui a fait de sa capture un point d’honneur. Tout commence par des noirs arrachés à leur famille, vendus comme esclaves, la misère de leur servitude dans les palntations, leurs tentatives d’évasions dramatiques. Les supplices infligés à ceux qui ont tenté de s’échapper. Un programme de stérilisation stratégique des femmes noires, pour que les blancs ne deviennent pas minoritaires. Les fêtes du vendredi, qui réunissent toute la communauté blanche et qui se terminent par la pendaison d’un noir capturé par les patroulleurs. Un livre sur les réseaux qui ont aidé les esclaves à s'échapper des plantations au sud, composés de personnes risquant eux-même leur vie pour en sauver d'autres et que l’auteur matérialise sous la forme d’un chemin de fer clandestin.

Chaque chapitre débute par de vraies publicités proposant des récompenses pour la capture d'esclaves fugitifs tirées des collections de l'Université de Caroline du Nord. Les personnages sont marquants, Terrance Randall un propriétaire dépravé, Caesar, le compagnon de fuite, Ridgeway le cynique chasseur d’esclaves, et puis Royal qui va sauvé Cora des pattes de Ridgeway et l’emmener à la ferme Valentine où John et sa femme Gloria recueillent sur leurs terres les fugitifs, leur domaine est un havre de paix et de guérison. Une impressionnante fresque sur l’esclavage qui éclaire parfaitement les faits divers racistes qui sont quotidiens encore aujourd’hui aux Etats-Unis servie par un écriture sobre mais efficace.