{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le testament caché

Sebastian Barry, Florence Lévy-Paoloni

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Gallimard

Ce qu'en dit l'éditeur

Roseanne McNulty a cent ans ou, du moins, c'est ce qu'elle croit. Elle a passé plus de la moitié de sa vie dans l'institution psychiatrique de Roscommon, où elle écrit en cachette l'histoire de sa jeunesse, lorsqu'elle était encore belle et aimée. I'hôpital est sur le point d'être détruit, et le docteur Grene, son psychiatre, doit évaluer si Roseanne est apte ou non à réintégrer la société. Pour cela, il devra apprendre à la connaître, et revenir sur les raisons obscures de son internement.
Au fil de leurs entretiens, et à travers la lecture de leurs journaux respectifs, le lecteur est plongé au coeur de l'histoire secrète de Roseanne, dont il découvrira les terribles intrications avec celle de l'Irlande. À travers le sort tragique de Roseanne et la figure odieuse d'un prêtre zélé, le père Gaunt, Sebastian Barry livre ici dans un style lumineux un roman mystérieux et entêtant.

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Une centenaire internée depuis plus de cinquante ans, un psychiatre sur les traces du passé et l'histoire de l'Irlande revisitée, voilà ce que m'a proposé de lire la Fondation Orange et j'ai dit oui ! Dans l'optique de retrouver, un peu, le profil de La cuisinière d'Himmler de Giesbert ou du Bal d'Anna Hope qui m'ont laissé le cœur en berne, je me suis jeté corps et âme dans ce roman poignant. Malheureusement pour moi, l'attente n'a pas été à la hauteur de mes espérances. Non que l'histoire soit mauvaise, au contraire, juste un manque d'intérêt stylistique de ma part. Dommage, car en rencontrant le personnage de Roseanne McNulty, on assiste à une sombre immersion dans l’Irlande d'hier avec le poids de la religion et des secrets ainsi qu'au statut féminin de bas étage. Quels secrets le Dr Grene va-t-il déterrer sur sa plus vieille patiente ? Mais plus important, que va-t-il découvrir sur sa propre histoire ? De terre, de sel et de sang, ce roman promet une ambiance rural où la figure ecclésiastique est mise au banc des accusés.

Sur le point d'être détruit pour être rebâti, l'institut psychiatrique de Roscommon en Irlande fait le point sur ces patients, notamment sur la plus vieille d'entre elle, Roseanne McNulty. Directeur de l'établissement, le docteur Grene, essaie d'évaluer son état afin de réhabiliter ou non sa patiente en société. Internée depuis plus de cinquante ans, comment sonder l'esprit de cette vieille femme, mais surtout comment connaître les véritables raisons de sa présence ? Débute alors une série d'entretiens entre les deux personnages dévoilant tour à tour leurs pensées intimes grâce à leurs journaux respectifs. De l'histoire secrète de Roseanne bâtie sur la joie comme la souffrance, de la triste vie privée du médecin, le lecteur est aspiré au cœur de l'Histoire dans tout ce qu'elle a de méprisable.

Résolument littéraire, cette fresque historique qui débute au XX e siècle se place au delà du simple roman. Témoin d'une époque peu glorieuse de l'Irlande tout comme Magdalene Sisters ou Le bal d'Anna Hope, celui-ci répond à un besoin d'en découdre avec l'Histoire. De l'emprise religieuse d'un pays divisé représenté par le sombre père Gaunt, aux conditions d'enferment, du statut social de la femme ou encore de la situation politique tendue, Sebastian Barry remet en contexte une époque trouble et belliqueuse.

Justement, du passé confus de la centenaire dont le Dr Grene essaie de tirer le vrai du faux, des souvenirs fantasmés à l'exactitude des faits, le romancier balbutie à travers les phrases. A l'image du discours de Roseanne celui-ci explique, presque avec fatalité, une histoire sans doute banale à l'époque. Du style décousu qui m'a peu convaincu, j'avoue que la construction du roman m'a toutefois plu. Alternant entre journaux intimes de la pensionnaire et du médecin, l'auteur trouve ici l'astuce parfaite pour mieux comprendre les deux personnages et ainsi créer une proximité que je n'ai pas vu venir... Mais quelle est-elle ?

De l'indignation à la colère en passant par la tristesse, mais aussi le soulagement, ce roman fait naître des émotions diverses, parfois contradictoires, mais toujours dans le but de rendre compte de ce qu'à pu être la réalité d'un siècle.

Récemment adapté au cinéma et désormais sorti en DVD, l'équation parfaite entre plaisir des yeux et....de l'estomac ! Qui dit ciné, dit grignotage et pour ce, j'ai choisis le quatre quart. Pourquoi ? Un peu rustique, comme la vie de Roseanne, simple et basique, il correspond parfaitement à l'image d'une population parfois affamée, d'une Irlande figée.