{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Déflagrations : Dessins D'Enfants, Guerres D'Adultes

Girardeau Zérane S.

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Anamosa

Ce qu'en dit l'éditeur

Qu'ils soient témoins, victimes directes ou " collatérales " (mais aussi acteurs), les enfants sont exposés par millions et de plus en plus massivement aux violences de la guerre. En plongeant le lecteur ou la lectrice dans la centaine de dessins d'enfants rassemblée ici (une collection d'une ampleur inégalée), il s'agit ici de parcourir plus d'un siècle de conflits et de violences (de la Première Guerre mondiale au conflit syrien), qui continuent de se reproduire partout dans le monde, malgré les " plus jamais ça ". Regarder la guerre à hauteur d'enfant, c'est interroger notre relation à la violence et à sa représentation, occultation ou monstration ? Les dessins, fresques narratives ou instants donnés, ont un pouvoir d'évocation bouleversant et profondément troublant. Ils " racontent " une réalité des massacres, les machettes, les bombes, le sang, la destruction, l'effroi comme nous la voyons peu. Véritables " traces " de l'horreur, ils sont un défi pour nous, autres témoins : quelles réponses juridiques, thérapeutiques, pour construire l'avenir ensemble. Organisé sous la forme d'un abécédaire thématique, l'ouvrage est rythmé par des contributions transversales, historique, psychologique, juridique ou de terrain, ainsi que par des réponses d'artistes (tels Enki Bilal) ou d'écrivains (tels Erri de Luca ou Linda Lê) à un dessin choisi. Déflagrations est une oeuvre magnifique et inédite, à la fois militante, humaniste et constructive.

Critique postée par :

Yves Montmartin

Ils se nomment Taha, Mohammed, Liliana, Sachiko, Zohra, Marija, Zvonomi, Yusefi, Haidar, ils ont entre 5 et 13 ans, ce sont des enfants témoins, victimes ou acteurs de guerres ou de conflits de 1914 à nos jours.

A travers leurs dessins ils nous racontent ce qu'ils ont vu, ce qu'ils ont vécu, ce qu'ils ont ressenti. Véritable témoignage, rien n'échappe à leurs yeux d'enfants, ce n'est pas de l'imagination mais la froide représentation de la violence, de la terreur, des bombardements, des maisons brûlées, des ruines, des viols, des décapitations, des enterrements, de la fuite, de l'exode, des camps de réfugies ou pire des camps de concentration.

Ces 154 dessins sont accompagnés de textes ou de poèmes d'adultes mais aussi de citations des enfants dont le témoignage édifiant d'Ibrahim enfant soldat du Sierra Leone à 8 ans, général à 14 ans, coupeur de mains et violeur.

Génocide du Rwanda, bombardement de Beyrouth, attaque chimique au gaz sarin en Irak, guerre au Darfour, en Ouganda, Birmanie, Nigéria, Afghanistan,Vietnam, Tchétchénie etc…, la violence est universelle et les enfants avec leurs coups de crayon, leurs couleurs dessinent l'horreur, les corps déchiquetés, les mares de sang. Il n' y a plus de place pour le rire ou le rêve.

Selon UNICEF, début 2016, plus de 87 millions d'enfants âgés de moins de 7 ans ont passé leur vie entière dans des zones de conflit.

Que sont devenus ces enfants, mènent-ils enfin une vie ordinaire, quel message transmettent-ils à leurs propres enfants ? Voilà la terrible question que se pose Françoise Héritier dans la préface de ce document unique. En 2007 la cour pénale internationale a accepté 500 dessins d'enfants qui illustrent le conflit au Darfour comme preuve circonstancielle.