{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le livre des choses perdues (réimpr. 2011)

John Connolly, Pierre Brévignon

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions J'ai lu

Ce qu'en dit l'éditeur

Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, 12 ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et se consoler de la naissance de Georgie, son demi-frère. Un jour, il découvre un trou caché derrière des buissons, au fond du jardin, et se retrouve propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, de sires loups, de créatures hybrides, mi-homme mi-animal, et d'autres personnages issus de ses lectures et de son imaginaire...
Grâce à l'aide du Garde-Forestier et de Roland, un preux chevalier, il va, après bien des épreuves - combats, énigmes à résoudre... - rencontrer un vieux roi qui conserve ses secrets dans un volume mystérieux, Le Livre des choses perdues. Ce dernier, conseillé par l'Homme Biscornu, être maléfique qui suit David depuis son arrivée, lui propose un pacte : la vie de son demi-frère contre son royaume. David trahira-t-il Georgie ? Parviendra-t-il à regagner le monde réel sain et sauf ?

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Qui n'a jamais rêvé enfant, de découvrir un monde nouveau où l'imaginaire est mise à l'honneur et où les contes populaires s'invitent à prendre vie ? John Connolly réussit avec ce roman à mêler l'enfant à l'adulte, le beau au terrifiant et l'humour au sérieux pour un résultat tout aussi étonnant qu'innovant. En s'appropriant les codes du conte tout en lui redonnant son sens initial, le romancier redonne vie à des fantasmes d'enfances qui ne sont pas, mais alors pas du tout, de tout repos ! Entre guerres, mutation des loups, chevaliers homosexuels, princesses diaboliques et moult situations rocambolesques, on peut affirmer que l'auteur met un coup de pied dans la fourmilière pour moderniser le genre. Dois-je préciser que j'ai aimé, beaucoup aimé ?

Après le décès de sa mère, David douze ans, est inconsolable. Deux autres choses, aussi terrifiantes, bouleversent l'équilibre familial et le pays : l'apparition de Rose comme nouvelle concubine de son père et la Seconde Guerre Mondiale. De l'une, il n'accepte en rien la main tendue offerte en gage d'amitié, surtout depuis qu'elle s'avère enceinte. De l'autre, il est fasciné et terrifié par les combats aériens. En déménageant du centre de Londres vers la grandiose demeure de Rose à 80 kilomètres de là, David va faire l'amère expérience d'une famille recomposée. Son quotidien commence à changer le jour où il entend ses précieux livres parler jusqu'à l'appel de sa mère défunte... Dans l'immense jardin, une brèche semble l'attirer vers une contrée inconnue. Une fois de l'autre côté dans un univers étrange, il fait la rencontre du Garde Forestier qui le sauve de terrifiantes créatures. Comment va-t-il rentrer chez lui ? Une seule solution, aller à la rencontre du Roi qui possède le livre des choses perdues...

Roman de l'imaginaire, je tiens à préciser que contrairement aux apparences, celui-ci n'est pas un livre jeunesse ! Construit sur le modèle du conte, il est pourtant loin du modèle initial, ne serais-ce que par un taux d'hémoglobine assez élevé et donc une violence assez présente. Ceci est donc un livre pour les "grands enfants", ceux qui veulent renouer avec le genre : rire, pleurer et surtout être terrifié.

Parce que les contes ne sont pas ce que l'on croit, parce qu'il y a toujours une part de vérité déformée, John Connolly a décidé de rétablir l'exactitude des faits. J'ai adoré les histoires modifiées dont découlent nos contes, limite tirés d'un fait divers, comme celle d'Hansel et Gretel, ! Disséminées çà et là, ces histoires rapportées font écho aux nôtres, mais sans le "ils vécurent heureux...". Plus crues, plus réelles aussi, elles font symbiose avec ce monde alternatif. J'ai senti le plaisir que prend l'auteur à revisiter cet univers pour créer son propre conte, comme un hommage au genre et aux lecteurs.

Roman initiatique, David doit non seulement surmonter les épreuves du monde réel, mais surtout celles du monde féerique. Sur un transfert d' "Alice au pays des merveilles", l'enfant entame une quête afin de retrouver le chemin qui le ramènera chez lui. Evidemment, l'apparition de beaucoup de personnages vont rythmer son parcours pour nous effrayer comme nous faire rire. Avec des passages drôles et caustiques, comme celui des sept nains et Blanche-Neige l'acariâtre, comme celui plus triste du chevalier Roland à la recherche de son amant, le romancier a tiré une toile dans laquelle on se laisse facilement prendre.

Un livre sur le deuil, la famille recomposée, la perte de l'innocence... bref, le difficile passage de l'enfance à l'adulte. Des réflexions tendres d'un enfant sur la mort, l'incompréhension du monde qui l'entoure, mais aussi la religion comme la famille.

Construit sur des chapitres plutôt courts et sur un style fluide et vif, j'ai littéralement été sous le charme de cette histoire qui m'a fait retomber en enfance. Sombre, parfois cruel, il m'a manqué juste un petit je ne sais quoi pour en faire un véritable coup de cœur. Peut-être suis-je un peu resté sur ma faim et voulu encore plus explorer ce monde insolite.

Pour une lecture agréable, je vous propose aujourd'hui des "thumb", sorte de sablés Américains à la confiture suivi d'un chocolat chaud pour le retour en enfance. Vous êtes paré pour une agréable journée !