{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le féminisme

Anne-Charlotte Husson, Thomas Mathieu

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions le Lombard

Ce qu'en dit l'éditeur

Malgré des avancées significatives durant le 20e siècle, le combat féministe reste toujours d'actualité. D'Olympe de Gouges à Virginie Despentes en passant par Simone de Beauvoir ou Angela Davis, cette bande dessinée retrace, à travers des événements et des slogans marquants, les grandes étapes de ce mouvement et en explicite les concepts clés, comme le genre, la domination masculine, le "slut-shaming" ou encore l'intersectionnalité.

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Ce mois de mars met à l'honneur la femme ou plutôt le droit des femmes. Ici pas de pub shopping pour des fringues ou moult crèmes anti-rides, mais une immersion dans la petite et grande Histoire pour tenter de comprendre l'origine du mouvement, mais aussi son combat. C'est grâce au Femini-books créé par Opalyne, axé sur le féminisme et la littérature, que j'ai choisi de vous présenter aujourd'hui la BD Le féminisme. Instructif, ludique et dense, cet ouvrage petit par sa forme et non par ses idées, retrace avec humour et saveur ce courant à travers sept slogans qui ont marqué et contribué à la cause. Le projet, visible depuis Facebook et Twitter, permet ainsi à chaque blogeur et youtubeur de s'exprimer sur le sujet à travers le support littéraire de leur choix. Je vous invite donc à lire le joli article du blog Isabeau Bellevue qui porte sur le livre Mémoires d'une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir et demain place au blog Fictionista pour De l'insulte...aux femmes de Laurence Rosier. Mesdames Et messieurs, dîtes adieu aux clichés !

Dans un avant-propos très intéressant, de l'origine de la misogynie à la contestation et les combats passés et actuels, j'en retiens une profonde discrimination envers les femmes, et ce, depuis la nuit des temps. Ou comment la mythologie a façonné le rôle de chacun pour maintenir une domination masculine apparentée au naturel. Dingue ! Mais ce qui me chagrine le plus, c'est une prise de conscience léthargique du monde moderne. Déséquilibre flagrant, les actions tardent à se montrer au profit des préjugés toujours présents.

Bande dessinée explicative DES féminismes, le mouvement apparaît plus complexe qu'il n'y paraît. Il n'y a pas un féminisme, mais bien plusieurs comme le démontre ces planches. Une chose est sûre, il y a bel et bien une seule cause : la revalorisation des femmes et de son statut.

Autour d'un parti-pris ingénieux, Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu se sont pencher sur les slogans qui ont nourris le combat féminisme pour d'expliquer son évolution. De Olympe de Gouges à Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir, en passant par Kimberlé Crenshaw, les deux compères partent sur les traces de ces grandes figures qui ont apporté et apportent encore aujourd'hui leur pierre à l'édifice et ainsi contribué à l'émancipation des femmes.

"Nos désirs font désordre"
En parcourant ce petit livre, j'ai notamment beaucoup aimé le développement sur le désir, donc de la différence faite entre le sexe et le genre. Débat très actuel de nos jours... Je savais que Freud pensait que tout venait de la sexualité, mais j'ignorais que pour lui, il n'existait de libido que masculine. Donc que les femmes combleraient un manque originel de pénis... Mais bien sûr, suis-je bête, le monde tourne autour d'un énorme pénis dont les femmes ont été privé. Pauvre de nous ! C'est lors de la libération sexuelle et la seconde vague féministe que la sexualité devient un sujet majeur. Alors que le genre et la sexualité sont deux unités distinctes, "le sexe n'est pas le tout de l'identité...et les êtres humains ne devraient pas être déterminés par leur biologie."

"On ne naît pas femme, on le devient"
Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, tome 2
Voilà certainement un de mes slogans préférés. Si celui-ci est autant célèbre, c'est qu'il touche un point important de notre société et des clichés qui vont avec. En abordant avec intelligence le conditionnement dès le plus jeune âge des filles ET des garçons, Simone de Beauvoir dénonce les inégalités inhérentes à leur sexe et à leur genre. Comment ça se traduit ? Nous apprenons à nous comporter en hommes et en femmes à travers les exemples sociaux, et ce, depuis l'enfance. Je vais prendre un exemple personnel. Lorsque j'étais enfant, ma couleur préférée était le bleu, mais dans mon esprit cela était impossible puisqu'il le bleu était réservé aux garçons... Ce qu'on appelle la socialisation de genre devient alors "un apprentissage des gestes, des réflexes qui nous semblent naturels tellement on y est habitué(e)s." Et le pire, est que cet apprentissage continue même à l'âge adulte à travers certains magazines féminins, publicités... Alors que faire ? Il ne tient qu'à nous de changer les choses en apprenant aux futures générations les nouveaux modes de comportements pour affiner le sens critique et moral. Education !

Une lecture très enrichissante, qui a le bon goût de ne jamais juger les différentes opinions, mais justement à les considérer. J'ai adoré les dessins et les textes très frais, les documentations ainsi que le format. De plus, les deux auteurs guident les plus curieux vers une bibliographie sélective, qu'elle soit graphiste ou non. Le féminisme a malheureusement encore de beaux jours devant lui. J'aimerais tant qu'il n'y ait plus de combats entre les sexes. Plus de revendications. Hier, les femmes ont gagnées la bataille pour l'avortement, mais qu'en est-il aujourd'hui ? Tant qu'il y aura des personnes intolérantes ou mal intentionnées qui combattront contre l'idée que le corps et l'esprit ne sont la propriété qu'à elles seules, il y aura des féministes. Que vous soyez femme ou homme, féministe n'est pas un gros mot, mais une promesse de lutte contre toutes formes de dominations.

Au-delà du sujet, je recommande vraiment cette collection qui oeuvre pour comprendre le monde en bande dessinée.

Merci encore à Opalyne pour cette formidable initiative !