{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

La nuit n'est jamais complète

Nicolas Tackian

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Pocket

Ce qu'en dit l'éditeur

La route à perte de vue au milieu d'un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place, tout dérape... Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l'asphalte. A quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps.
Quelques maisons en tôle froissée se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar... Mais ce voyage au coeur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Il y a bien longtemps qu'un roman de ce genre ne m'avait pas autant emballé ! Entre thriller et fantastique, des chapitres courts, une cadence effrénée, ce roman possède tout ce que j'aime : une obscure fascination. Je sens encore le soleil mordre la peau d'Arielle et Jimmy, ce duo père/fille filant sur la route au milieu d'un désert sud-américain. Je sens encore la peur suinter par tous leurs pores, naufragés d'un paysage sauvage. Je sens l'angoisse s'emparer de leur corps à la découverte d'une mine abandonnée, là où plane une ombre menaçante. Compagnons de hasard, Arielle, Jimmy et trois hommes se piquent à la solitude et l'hostilité des lieux, mais pour combien de temps ? Et s'ils n'étaient pas seuls ?

Traversant à perte de vue la route n°33 quelque part en Amérique du Sud, Arielle et Jimmy, père et fille, sont stoppés net dans leur progression, un barrage de police empêchant toute avancée suite à un glissement de terrain. Pris au piège et cernés par le désert, ils n'ont d'autres choix avec Florencio, Juan et Victor, trois autres compagnons d'infortune, de dormir dans leur voiture. Au réveil, sans plus aucune présence policière et les batteries de voitures à plats, il ne leur reste plus qu'un mince espoir de trouver des habitations. N'écoutant que leur instinct et parcourant quelques kilomètres sous un soleil ardent, au loin, ils aperçoivent deux tours métalliques révélant un village laissé à l'abandon. Ancienne mine désormais déserte, ce lieu sera leur refuge, mais pour combien de temps ? Alors que chacun découvre cet étrange lieu, une bête rôde... La mine semble cacher de sombres secrets. Et si le hasard n'avait rien à voir ?

Thriller fantastique, j'avoue que l'univers de Niko Tackian est fascinant. Façon Stephen King, il distille avec brio des éléments empruntés au fantastique pour les mêler avec subtilité au thriller. Quel est le vrai du faux ? Où est la part de réel ? La fluidité de l'écriture, la rapidité des chapitres et l'intensité des événements renforce cette ambiance étouffante pour en faire un huis-clos haletant puisque, malgré un vaste paysage, il est étonnant de constater la sensation de claustrophobie qui se dégage de ces pages.

De ce paysage écrasant, j'ai complètement adhéré aux descriptions et comportements réalistes qui s'emparent des personnages. Comment réagir face à une telle situation ? Tandis que Victor tente, seul, de regagner la route, Juan est irrésistiblement attiré par la mine pendant que Florencio, Jimmy et Arielle explore les maisons restantes à la recherche de nourriture. Ambiance film d'horreur, car bientôt, d'étranges apparitions et hurlements de bêtes perturbent leurs nuits. Flippant !

Une fois ouvert, vous ne pourrez plus lâcher ce livre où la raison vacille un peu plus à chaque page. Hypnotique, j'ai adoré la tension grandissante, les relations entre personnages, mais aussi la finesse psychologique avec laquelle joue le romancier. De la fin étonnante, ce roman de 250 pages devrait ravir les amateurs de bizarreries en série...

Une gourmandise à la lecture d'un roman ? Vous savez bien que je ne dis pas non ! Alors pour celui-ci, j'opte pour le thé Boost Kusmi Tea et des bâtonnets aux amandes enrobés de chocolat pour survivre jusqu'au bout de la nuit...