{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le Poids De La Neige

Guay Poliquin Christian

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Les éditions de l'observatoire

Ce qu'en dit l'éditeur

À la suite d'un accident, un homme se retrouve piégé dans un village enseveli sous la neige et coupé du monde par une panne d'électricité. Il est confié à Matthias, un vieillard qui accepte de le soigner en échange de bois, de vivres et, surtout, d'une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps, seule échappatoire. Dans la véranda d'une maison où se croisent les courants d'air et de rares visiteurs, les deux hommes se retrouvent prisonniers de l'hiver et de leur rude face-à-face.
Cernés par une nature hostile et sublime, soumis aux rumeurs et aux passions qui secouent le village, ils tissent des liens complexes, oscillant entre méfiance, nécessité et entraide. Alors que les centimètres de neige s'accumulent, tiendront-ils le coup face aux menaces extérieures et aux écueils intimes?? Né au Québec, en 1982, Christian Guay-Poliquin est doctorant en études littéraires.
Le Poids de la neige, grand succès au Québec, a été distingué par plusieurs prix prestigieux.

Critique postée par :

Yves Montmartin

Sa voiture n'est plus qu'un amas de ferrailles tordues, il est cloué au lit, les jambes immobilisées dans des attelles. Il a survécu à un terrible accident de voiture, il sait qu'il ne peut plus rien faire par lui-même.

Mathias, suite à une panne de voiture, s'est retrouvé piégé ici, sa femme l'attend, il doit retourner en ville. Mathias a accepté de veiller sur lui, en échange de deux rations de nourriture et d'une place dans le convoi qui partira pour la ville, dès le retour du printemps. Il n'y a plus d'électricité depuis des mois, les hôpitaux sont loin.

Cette pièce où ils vivent tous les deux reclus sera bientôt trop petite pour eux deux…

Un terrible concours de circonstances et deux hommes se retrouvent dans un huis clos glaçant, au fil des chapitres la neige s’amoncelle et la tension monte. Le désœuvrement est le danger le plus menaçant. Il faut rationner les vivres en attendant la prochaine livraison. Des paysages somptueux, une atmosphère étouffante mais hypnotisante, avec son écriture simple l'auteur réussit à nous tenir en haleine jusqu'au bout, et pourtant rien ne se passe.