{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

La mer d'innocence

Kishwar Desai, Benoîte Dauvergne

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Éditions de l'Aube

Ce qu'en dit l'éditeur

Kishwar Desai, née en Inde en 1956, fait carrière à la télévision. Ulcérée par la situation des femmes dans son pays, elle écrit son premier roman, Témoin de la nuit. Paru à New Delhi en 2009, il devient rapidement un best-seller et est aujourd’hui publié dans une dizaine de pays. Il remporte le Costa First Novel Award en 2010 et sera, en France, sélectionné pour le Grand prix des Lectrices de ELLE et le Grand prix de Littérature Policière. Elle publie ensuite Les origines de l'amour consacré à la question des mères porteuses en Inde et La mer d'innocence, qui se déroule à Goa et s'inspire de faits réels d'agressions sur des touristes occidentales.

Critique postée par :

Arnoud

Simran Singh est en vacances avec sa fille adoptive, Dugar. Elles comptent bien profiter des plages paradisiaques de Goa. Alors qu'elle n'a la tête qu'à ses vacances bien méritées, Simran reçoit un bien étrange message de la part de son ancien amant, Amarjit, policier à Delhi. Un message sous forme d'une vidéo inquiétante. Une vidéo apparemment tournée à Goa dans laquelle on voit une touriste britannique se faire agresser par des Indiens. Simran sait bien que si Amarjit lui a envoyé cette vidéo, ce n'est pas innocent, il souhaite qu'elle mène sa propre enquête. Simran finit par se laisser convaincre , elle va découvrir une Goa bien différente de son image de carte postale.

Qu'est devenue Liza, la jeune anglaise de la vidéo. Elle semble avoir disparu, est-elle seulement encore en vie? L'attitude de Marian, sa soeur, est plus qu'ambiguë, elle cherche sa soeur mais ne semble pas être très encline à aider Simran dans ses recherches. Dans les pas de Simran, nous découvrons l'envers du décor de Goa. La violence, la corruption, la disparition de touristes étrangers, le trafic de drogue, les réseaux maffieux voilà la réalité de cette destination de rêve pour les anciens hippies.

La mer d'innocence est ma première lecture d'un auteur indien. Kishwar Desai nous livre une photographie sans complaisance d'une Inde vérolée par les trafics en tous genres. Une Inde où la femme est considérée comme un objet de plaisir qu'on peut prendre de force sans encourir de châtiment beaucoup plus grave qu'une tape sur la main. Cette enquête fictive est mise en relation pendant tout le roman avec un fait divers bien réel celui là : le viol d'une jeune indienne par six hommes dans un bus à Delhi. Une violence contre les femmes dénoncée par Kishwar Desai dans tous ses romans, celui-ci étant le troisième de la série mettant en scène le personnage De Simran Singh.

Qu'il est attachant le personnage de cette travailleuse sociale, énergique, libérée, qui vit sa vie de femme célibataire comme elle l'entend dans une Inde où la femme doit rester à sa place. J'ai aimé le fait que l'enquête soit menée par une travailleuse sociale, une femme habituée aux difficultés rencontrées par ses compatriotes, une femme portant un regard plus humain sur toute l'histoire que ne le ferait n'importe quel flic. L'enquête "policière" est passionnante, mais semble bien secondaire. Ce roman est avant tout une critique virulente de la violence (surtout celle envers les femmes), et de la corruption qui gangrènent l'Inde. Une belle découverte pour moi. Je lirai avec plaisir les deux précédents volumes de cette série.

"En fonction de la région du monde dans laquelle elles grandissent, les filles d'aujourd'hui semblent presque piégées par la pression de leur entourage, l'influence du commerce et le poids de la tradition. D'un côté on risque de les exploiter sexuellement si elles adoptent une attitude trop libérale et de l'autre, des traditions ancestrales leur volent leur enfance. Dans tous les cas, elles sont victimes de leur propre culture. Certaines jeunes filles aux États-Unis et au Royaume Uni ont des relations sexuelles - et même des bébés - dès l'âge de onze ans tandis que dans certaines régions de l'Inde, on force des petites filles à se marier alors qu'on devrait les laisser jouer ou aller à l'école."

La mer d'innocence - Kishwar Desai