{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

La fille du train

Paula Hawkins, Corinne Daniellot

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Pocket

Ce qu'en dit l'éditeur

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d'en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d'un visage familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu...

Critique postée par :

Christelle Rastelli

C'est l'histoire de la fille au cinéma qui veut lire la fille du train...
Il y a quelques temps au cinéma, est passée la bande annonce de "La fille du train". Forcément, je me suis dit, "ça a l'air bien ça !! mais je vais plutôt le lire !". Alors j'ai mis le livre dans ma liste de souhaits Collibris en me disant "vivement que je puisse le lire" et puis fin décembre, il était dans le Ptit Colli...! Ravissement !

Oui mais voilà, parfois à trop espérer, à trop attendre, on est parfois un peu déçu.
La fille du train c'est en fait l'histoire de trois femmes et de trois hommes, principalement racontée du point de vue de l'une d'elles Rachel, avec de temps en temps un changement de narratrice.
Rachel, tous les matins, prend le train de banlieue qui la conduit à Londres. Sauf qu'elle ne va pas travailler, elle fait semblant, elle a été licenciée. Le train passe derrière son ancienne maison, remuant des souvenirs douloureux. Rachel est divorcée, vit en colocation dans une situation précaire. Alors elle idéalise complètement la vie du couple à quelques maisons de la "sienne". Elle leur a donné des prénoms, elle leur a créé une vie, elle les observe tous les matins et tous les soirs. Rachel est dans une situation de grande détresse psychologique et affective... détresse qu'elle tente d'apaiser par l'alcool. Ce qui bien sur n'apaise rien du tout et ne cause que des problèmes. Comme cette fois où elle voit la femme idéalisée qui embrasse un autre homme que son mari. Et là ça dérape. Rachel veut s'en mêler, boit, ne se souvient de rien .. oui mais voilà, la femme a disparu. Rachel cherche, enquête à sa façon, s'interroge, se mêle de ce qui ne la regarde pas et prend des risques... Jusqu'à ce que... (lisez le livre).
Personnellement, j'ai eu un peu de mal à "entrer" dans l'histoire, ce n'est que très avancée dans le livre que je me suis dit "mais là, il y a quelque chose qui cloche" et que j'ai eu envie de connaitre le dénouement. La détresse du personnage principal est parfois douloureuse à lire et peut faire écho chez les uns et les autres à des problématiques personnelles, ce qu'on n'est pas forcément venu chercher quand on se choisit un thriller. A mon sens, c'est à la fois un point fort et un point faible.
L'issue du livre reste tout de même une surprise.
Bref "mi figue mi-raisin" pour ce livre à gros succès.