{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

La fille de mes rêves

Christophe Lambert, Samantha Vandersteen

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Syros

Ce qu'en dit l'éditeur

Real Dream est un espace virtuel de rencontres auquel
on accède par le rêve, grâce à un avatar modelé à votre
image. Lycéen le jour, Kamel Touzani est gardien de nuit
dans l'entreprise qui commercialise Real Dream. Le jeune homme n'a rien d'un Apollon, mais il compte bien profiter
de la Dreambox qui lui a été offerte... Il ne tarde pas
à sympathiser avec Marc Herpoux, un séduisant cadre quadragénaire et, par jeu, tous deux échangent leurs
avatars. C'est donc sous les traits avantageux de Marc
que Kamel va approcher Lara Rastelli, la sublime
remplaçante de sa prof de français. Et ça marche !
Mais l'euphorie est de courte durée car un bug mortel
hante Real Dream. Et lorsque la mort vient frapper dans
la réalité, le scénario romantique imaginé par Kamel
vire franchement au cauchemar.
Une comédie irrésistible, riche en quiproquos savoureux.
Un thriller haletant où l'imbrication des vies réelle
et virtuelle donne le vertige.

Critique postée par :

Alain Dagnez

Le pire des mondes.
Au tout début du roman, un certain Morel s’est défenestré pendant une de ses promenades oniriques, alors qu’il était en compagnie de Francine73. La police enquête : Igor et Elias, frères jumeaux.

Vous aimez tout ce qui est virtuel. Vous êtes dans la mouv. Ce thriller peut vous y encourager ou l’inverse. Il est écrit à deux mains et n’en est pas moins palpitant. Oh, ce n’est pas de la haute littérature ! Au pire, vous passerez un bon moment, si vous avez l’âme adolescente.
Kamel Touzani est un gars des quartiers, pur beur. Il vit de petits boulots, dont celui de gardien à l’entrée de l’entreprise Real Dream, qui loue des « dreamboxes ». Ces dernières permettent, pour peu qu’on soit abonné, de partir au milieu de ses rêves à la rencontre de personnes choisies. C’est un peu Meetic, sous une autre forme. Jusque là, c’est sympa.
Par ailleurs, le sieur Kamel, qui ne croit pas en ses chances, tombe follement amoureux de la prof de Lettres remplaçante, Lara Rastelli. Il cherche à entrer en contact avec elle et échange sa clé USD et son avatar avec Marc Harpoux, beau mec, autre collaborateur, qui ne collaborera plus très longtemps.
Le lecteur va être entraîner dans une histoire, qui, progressivement, s’emballe : vous y ferez la connaissance d’une certaine Mélanie Klein, patronne vénale ; Mélanie, gothique et romantique ; vous voyagerez dans des domaines qui n’existent pas ; vous apprendrez à « jubjoter » - à chercher dans le dictionnaire.
Les chapitres se succèdent rapidement parce que courts. Le roman est écrit à la première personne lorsque Kamel raconte et à la troisième, quand il s’agit du reste : les auteurs se sont probablement répartis les écritures.
Avertissement avant lecture : méfiez-vous des personnages, qui portent un nom et un visage, qui ne sont pas les leur. Dans la vraie vie, ça peut aussi arriver.
Alain Dagnez.