{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

La femme à la fenêtre

A. J. Finn, Isabelle Maillet

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Disponible en Ebook

Ce qu'en dit l'éditeur

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel - un père, une mère et un adorable ado -, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Amateurs de thrillers psychologiques et de huis-clos, ceci va vous intéresser. Réunissant suspense, aliénation et personnages bancals, ce roman au faux air de cluedo rappel sans sourciller l'univers hitchcockien pour mon plus grand plaisir ! Un quartier paisible, une agoraphobe ne vivant qu'à travers son appareil photo, un soi-disant meurtre dans la demeure d'en face... Il n'en faut pas plus pour me mettre l'eau à la bouche. Scénario bien ficelé, il ne m'a manqué qu'un peu plus d'action pour parfaire cette lecture finalement pas si singulière. La faute à trop de thrillers du type ou bien à l'inégalable Fenêtre sur cour d'un célèbre cinéaste. Un moment agréable, de riches références ciné et une envie folle de regarder de vieux films vous prendront par surprise, alors qu'attendez-vous ?

Depuis plusieurs mois dans sa grande maison de Harlem, Anna vit recluse. Agoraphobe depuis un terrible accident, cette pédopsychiatre partage son temps entre boire du Merlot, les échecs, les vieux films en noir et blanc et espionner ses voisins. De sa fenêtre, Anna voit s'installer de nouveaux arrivants : les Russel. Composé de parents et d'un ado, cette nouvelle famille attise immédiatement l'attention de la dépressive qui la laisse entrer subrepticement dans sa vie. Alors qu'un cri venant de chez les Russel déchire le silence, Anna assiste au meurtre de la mère de famille depuis son poste d'observation. Après intervention de la police, un mystère demeure : personne n'a été tué. Hallucination médicamenteuse et alcoolique ? Sûre d'elle, Anna plonge lentement dans la paranoïa. Et si tout cela n'était que le produit de son imagination ? Et si c'était vrai ? Que faire lorsque l'on doute de soi ?

Non seulement j'adore les huis-clos, mais plus encore les vieux films. Et en matière de films, j'ai été servi ! Avec de franches références, A.J Finn m'a entraîné dans un univers en noir et blanc où la réalité se confond à la fiction, dans l'épaisse brume médicamenteuse d'un personnage troublé et troublant. En utilisant Anna comme témoin du meurtre, l'auteur met instantanément les pieds dans le plat, se servant du doute comme levier romanesque.

A chaque page, comme embrumée par les bouteilles de Merlot absorbé par Anna, j'ai moi aussi été victime de la parfaite maîtrise chronologique du romancier. Jour après jour, des certitudes surgissent le scepticisme et la défiance devant un fait pourtant observé. De ce voyeurisme domestique, comment démêler le vrai du faux ?

Personnage central du roman, Anna est d'une fascinante complexité. Ne comprenant que trop bien son état puisqu'elle-même médecin, le vertige est d'autant plus saisissant. Ainsi, faute de convaincre son entourage, arrivera-t-elle à se convaincre elle-même ? Fenêtres fermées, lumières tamisées, c'est dans cette sombre ambiance que le lecteur évolue au même titre que le personnage, au son des dialogues d'un autre temps et des crises d'angoisse impressionnantes.

Du style abouti, illustré par des scènes de crises écrites avec beaucoup de minuties et de réalismes, il me manque un soupçon d'action. En proie à une certaine lenteur, la psychologie prenant le pas sur le rythme, il est toutefois compréhensible que la volonté de l'auteur s'articule autour de la psyché et non de péripéties. Rebondissements, suspicions et retournements de situation entretiennent ainsi nos incertitudes...

Une gorgée de thé noir Saint-Pétersbourg (à défaut de Merlot...) suivi d'un excellent muffin à la confiture de cassis, il ne me manque plus qu'une paire de jumelles et me voilà promise à un bel avenir dans un film monochrome !