{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

L'enfant tombée des rêves

Marie Charrel

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Plon

Ce qu'en dit l'éditeur

Emilie, une enfant solitaire et débordante d'imagination, découvre que ses parents lui mentent sur ses origines et décide de mener l'enquête. A 2 660 kilomètres au nord, quelque part en Islande, un vieux médecin retiré du monde tente d'oublier son passé. Ils ne se connaissent pas. Pourtant, chaque nuit, ils sont poursuivis par le même cauchemar : celui d'un homme tombant d'un balcon. Et si l'improbable rencontre d'Emilie et Robert brisait le terrible secret qui les unit ? Et si trouver la clef de ce rêve obsédant leur permettait de chasser enfin le fantôme qui les hante ?

Critique postée par :

Julie R

Que dire de L’enfant tombée des rêves de Marie Charrel, sinon qu’il m’a bouleversé, touché au plus profond de mes blessures, là où ça fait bien mal, mais aussi, là où ça fait du bien.

Généralement, je ne lis pas les romans qui me parlent de trop près de ma propre histoire. J’ai d’ailleurs souvent tendance, de manière totalement péremptoire et injuste, à les rejeter, comme si l’image de moi-même que me renvoyaient ces pages se révélait par trop insupportable. C’est ainsi, les livres qui me parlent de mes propres blessures, je les lis à leurs risques et périls.

Puis, j’ai ouvert L’enfant tombée des rêves… Et ce roman m’a embarqué. D’abord ouvert avec précautions, je me suis senti comme pris par la main par Emilie, cette gamine de douze ans qui, dans son monde imaginaire pour elle seul vivable, se demande pourquoi tant de questions posées à ses parents restent irrémédiablement sans réponses. Pourquoi, lorsqu’elle demande à son père comment elle était, petite, celui-ci fuit, invariablement… Pourquoi elle ressent, au plus profond d’elle-même, qu’elle vit dans un univers familial factice, dans lequel les mensonges ont pris force de vérité à force d’être répétés.

Et, surtout, Emilie fait des cauchemars, dont elle ne parvient pas à découvrir la signification : les cauchemars d’un homme qui, chaque nuit, chute d’un balcon... Mais ce qu’elle ignore, c’est qu’à l’autre bout du monde, un homme, Robert, fait lui aussi ce même cauchemar.

Quel lien unit ainsi Emilie et Robert, qu’a priori tout semble séparer ?

Avec des mots très simples, une écriture juste et délicieusement retenue, Marie Charrel parvient à nous mener au plus juste de cette histoire bouleversante, évitant ainsi tous les poncifs auxquels cette histoire aurait tout à fait pu se prêter. C’est un roman d’une profonde intelligence, qui pose avec force la question : a-t-on le droit de mentir à ses proches avec pour seule justification la soi-disant volonté de les protéger ?

Marie Charrel nous mène, doucement, à nous pencher sur nos propres familles, dans lesquelles les secrets, petits, inutiles, importants, énormes, injustifiables, inconcevables, pullulent, pour préserver une cohésion fondée sur du vent.

Oui, Marie Charrel a touché juste, en fait en plein cœur, avec ce roman certes difficile, mais qui jamais, à aucun moment, ne sombre dans un pathos qui aurait pu constituer une échappatoire facile. L’enfant tombée des rêves est un roman qui parvient à poser de vraies questions, sans avoir aucune prétention d’y répondre, sans non plus tomber dans une forme de manichéisme.

C’est, au contraire, un roman fort et tendre, une véritable bouffée d’oxygène parmi toutes les parutions printanières. Un énorme coup de cœur.