{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Seules les bêtes

Colin Niel

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Rouergue

Ce qu'en dit l'éditeur

Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d’un sentier de randonnée qui fait l’ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste et que l’hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, femmes et hommes prennent la parole et chacun a son secret, presque aussi précieux que sa vie.

Critique postée par :

Anthony Descaillot

L’existence de Colin Niel m’a été révélée le jour où il a reçu le prix Quais du Polar en 2016, pour « Obia » un petit pavé de 500 pages. Depuis lors, je repoussais régulièrement la découverte de cet auteur, et ce, jusqu’à la sortie récente de son nouveau bébé. Même si cette nouveauté ne fait pas partie de la trilogie guyanaise qui a fait son succès, j’ai pensé que je pourrais découvrir son œuvre grâce à ce roman plus bref. Disons que ça me donnait au moins la possibilité de rencontrer son style.

Une chose est sûre, ce roman est vraiment original. D’une part par sa construction qui est composée de cinq parties. Pour chacune des parties, les narrateurs sont différents et apportent leurs versions des faits. L’évolution de cette affaire se dessine alors au fur et à mesure des détails qui nous sont rapportés. Plus on avance, plus les éléments s’emboîtent et plus le dénouement se dévoile, non sans nous emmener habilement sur de fausses pistes.

Mais ce polar sort aussi de l’ordinaire de par l’environnement dans lequel il évolue, qui est très peu traité dans ce genre littéraire : la montagne et sa campagne isolée. On se retrouve dans un coin reclus, loin de la foule, au milieu des élevages et des marchés. On ressent parfaitement l’ambiance qui règne dans ces lieux particuliers. Imprégné de ces conditions géographiques, l’auteur en profite pour nous dresser le portrait de personnages plutôt singuliers qui se retrouvent malgré eux et par un pur hasard au centre de cette affaire dramatique.

En conclusion, je ressors ravi de cette première expérience avec Colin Niel. Son écriture est impeccable et m’a entraîné dans une intrigue jamais ennuyeuse et pleine de surprises. Sans user de sensationnel, mais avec quelques facilités scénaristiques, il nous offre une histoire vraiment captivante de bout en bout. Grâce à une narration bien huilée et maîtrisée, ce roman choral se distingue par le tableau social qu’il dépeint, dans lequel la solitude et l’isolement donnent naissance à des actes désespérés. Belle découverte!