{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Funérailles

Richard Montanari, Fabrice Pointeau

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Pocket

Ce qu'en dit l'éditeur

Celle dont il est question ici date d'un jour de 1995 où deux petites filles sont entrées dans le bois de Fairmount Park et n'en sont jamais ressorties. Dix ans plus tard, c'est l'hiver, la saison froide, venteuse, et les ténèbres sont tombées sur Philadelphie, que la proximité de Noël rend plus sinistre encore. Le corps amputé d'une jeune femme, habillée d'une robe ancienne, est retrouvé sur les berges de la rivière Schuylkill. Quel est le rapport entre ces deux affaires ?. L'enquête de Byrne et Balzano va les conduire dans les lieux les plus désolés de la ville, sur les traces d'un tueur terrifiant, hanté par des contes de fées, dont l'identité restera une énigme jusqu'à la fin

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Philadelphie est en proie à une vague de meurtres pour le moins étrange à quelques jours de Noël…
Une jeune femme est retrouvée morte au pied d’une rivière. Assise telle une poupée, une ceinture de nylon autour de la gorge, la victime a été amputée de ses pieds. Une étrange peinture fait d’un mélange de sang et de sperme est dessinée sur son ventre.
Les meurtres s’enchaînent. Seul point commun entre les victimes, toutes sont découvertes avec une robe datant d’un autre temps.
Une ancienne affaire non résolue de deux fillettes assassinées une dizaine d’années auparavant, va parallèlement refaire surface à la mort brutale d’un jeune retraité de la Police, retrouvé lui, carbonisé non loin du lieu où les deux petits corps ont été retrouvés…

Une réinterprétation des contes d’Andersen... version macabre

Un roman policier version ancienne école, dans le sens où Funérailles est sorti il y a maintenant presque dix ans. Certains pourront donc trouver certaines longueurs, probablement dues au rythme qui n’est plus vraiment le même que celui que l’on retrouve dans les thrillers et policiers d’aujourd’hui. Mais à chaque époque, son style. Et il va sans dire que le “Terrifiant et impossible à lâcher” de James Ellroy n’est plus d’actualité aujourd’hui, surtout pour les gros lecteurs de thrillers.

Pas de grande surprise pour moi avec cette lecture, d’autant que la fin est assez convenue. Le plus de ce roman, hormis l’intrigue qui est bien menée, est dans la diversité de ces personnages. Chacun des inspecteurs est à un moment donné, mis en avant dans cette histoire.
Et contrairement à ce genre de roman, ici, pas de rivalité interne quel que soit l’âge, le sexe, le grade, l’ancienneté, les services ou l’origine des personnages. L’esprit est très solidaire.

Pour conclure, je dirais que ça fait du bien de temps en temps de retrouver ce côté “old school” dans ses lectures. Pas de flic bourru, alcoolique et/ou dépressif, ou encore l’éternel duo de la fliquette ou le jeunot tout droit sorti de l’école de police qui doit faire équipe avec un inspecteur à deux doigts de la retraite. Avec Funérailles, juste une bonne intrigue de départ, des personnages attachants avec une vie normale, le tout non dénué d’une pointe d’humour.