{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Lignes De Fuite : Pyrénées Centrales Itinéraires D’Escalade En Haut-Adour, Aure, Louron Et Luchonnais

Pujolle Jean-Pierre, Pascal Ravier

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Editions Cairn

Ce qu'en dit l'éditeur

Une nouvelle, c'est parfois un homme et une femme qui se regardent et se taisent pendant que s’échafaude l’histoire qui les lie. C’est parfois le frôlement d’un autre, le désir qu’on croit fugace et qui s’installe pourtant. C’est une erreur d’aiguillage qui vous conduit au tourisme forcé. C’est poser des mots délicats sur des désirs sourds et des souffrances muettes. C’est un mouchoir de soie noué au bon endroit. Ce sont des êtres vacillants entre reconnaissance et perdition. C’est l’érotisme infini d’un drap fin... Les nouvelles de Pascale Pujol sont ainsi. Elles se posent, discrètes, vous chuchotent à l’oreille ce qu’elles pourraient crier. Elles n’en ont que plus de force.

Critique postée par :

Macha Seruoff

Pascale Pujol c'est d'abord une jolie rencontre. Puis une dédicace commune avec chacune nos romans... Fragments d'un texto amoureux ce sont 14 aventures toutes aussi variées les unes des autres. Souvent on aime un-e auteur parce qu'on reconnaît sa plume le choix de ses mots ses tournures de phrases. Mais Pascale a ça de surprenant (entre autres choses...) : chacune de ses nouvelles m'a emportée dans des univers et des écritures totalement différentes. On retrouve Léonard (dans 3 histoires) -personnage atypique qui aurait pu naître d'un croisement entre Indiana Jones et Tintin- embarqué dans des tribulations aussi exotiques que le fameux goulash pitchik (dont -non merci Pascale !- je ne souhaite pas la recette !) ou le fait qu'il porte à gauche... Ce sont d'ailleurs les trois seules histoires qui m'ont fait rire. Parce que le reste...

Le reste c'est du domaine de l'éMOTion... Pascale nous emmène dans des intimités particulières... Très féminines pour la plupart. Le réticule dresse le magnifique portrait d'une vieille femme qui nous fait goûter à son passé. Un nom de femme (Clara) raconte des générations de femmes qui n'enfantent que des filles... Hammams nous plonge dans l'érotisme brûlant de ces lieux clos où se dégagent des vapeurs sensuelles... Fragments d'un texto amoureux (est aussi le titre d'une des nouvelles) parle évidemment d'amour. Piège d'identité nous surprendra pour sa fin... Café crème est une scène vécue si souvent si l'on aime observer les ceux et celles qui bossent dans les cafés (ce que je !).

Un coup de cœur intense de ma part pour Dédicace (parce que) et Chambre noire (que j'avais lue il y a quelques mois) mais je n'ai pas trouvé (encore) les mots pour en parler... La marelle d'Escher m'a également laissée comme le dessin : perdue déboussolée esseulée mais en retrouvailles avec... moi !

Seulement deux textes sont écrits (très joliment d'ailleurs) au masculin. Un rôle qui va bien à l'auteur d'ailleurs. Cet Autre homme traduit le lien entre la mort et la (re ?)naissance... Et dans Le sari rouge c'est du désir d'un homme pour une jeune femme dont il s'agit.

Ce premier recueil est délicieux. Je vous le conseille. D'un coup d'un seul. Ou par petits morceaux. Lorsque vous l'aurez refermé, je parie que vous aurez l'envie d'être amourHeureux-se !

Pascale Pujol vient de terminer un roman (drôle !) et entame un autre recueil de nouvelles. Miam !