{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le labyrinthe des esprits

Carlos Ruiz Zafón, Marie Vila Casas

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions

Ce qu'en dit l'éditeur

Dans la Barcelone franquiste des années de plomb, la disparition d'un ministre déchaîne une cascade d'assassinats, de représailles et de mystères. Mais pour contrer la censure, la propagande et la terreur, la jeune Alicia Gris, tout droit sortie des entrailles de ce régime nauséabond, est habile à se jouer des miroirs et des masques. Son enquête l'amène à croiser la route du libraire Daniel Sempere.
Il n'est plus ce petit garçon qui trouva un jour dans les travées du Cimetière des Livres oubliés l'ouvrage qui allait changer sa vie, mais un adulte au coeur empli de tristesse et de colère. Le silence qui entoure la mort de sa mère a ouvert dans son âme un abîme dont ni son épouse Bea, ni son jeune fils Juliàn, ni son fidèle compagnon Fermin ne parviennent à le tirer. En compagnie d'Alicia, tous les membres du clan Sempere affrontent la vérité sur l'histoire secrète de leur famille et, quel qu'en soit le prix à payer, voguent vers l'accomplissement de leur destin.
Erudition, maîtrise et profondeur sont la marque de ce roman qui gronde de passions, d'intrigues et d'aventures. Un formidable hommage à la littérature.

Critique postée par :

Anthony Descaillot

« Le labyrinthe des esprits », le dernier volet de la quadrilogie barcelonaise de Carlos Ruiz Zafon est enfin arrivé ! Comment va-t-il faire converger tous les éléments de son histoire foisonnante ? Comment a-t-il décidé de conclure le destin de ces personnages auxquels on s’est tant attaché ? Ses questions étaient en suspens et cette ultime aventure avait pour mission d’y répondre.

Pour ce faire, l’auteur met en place une nouvelle héroïne, Alicia. Celle-ci enquête sur une disparition de manière presque policière. Grâce à ses investigations, elle va côtoyer l’ensemble des acteurs que l’on a croisé précédemment et dévoiler l’affreuse histoire qui les rapproche. Plus de la moitié des 850 pages sont réservées aux aventures de cette femme de caractère et aux mystères, liés à l’Histoire de l’Espagne, qu’elle va révéler. Même si on a déjà rencontré certains des protagonistes, cette première partie a une trame et des informations complètement nouvelles et peut donc se lire indépendamment.

On ne retrouve nos personnages favoris, la famille Sempere, Fermin, Julian Carax… que dans la deuxième partie. Et là, compte tenu des allusions au passé, je conseille aux lecteurs/rices de lire au moins « L’ombre du vent » (ce ne sera pas une contrainte, c’est un chef d’œuvre !) avant d’attaquer ce livre, pour mieux appréhender l’univers et les personnages et profiter de cet épilogue. L’auteur boucle la boucle pour finir son œuvre en apothéose.

Malgré une plume toujours aussi maîtrisée et agréable, j’ai trouvé le récit un peu trop long par moments comme si l’auteur avait voulu délayer son scénario. Mais une fois ce pavé apprivoisé, je me suis retrouvé en terrain connu et j’ai tout simplement profité. Ce n’est donc pas sans un petit pincement au cœur que j’ai refermé la dernière page de la saga du cimetière des livres oubliés. Merci M Ruiz Zafon pour cette épopée dense, parfois magique et surtout passionnante !

https://leslivresdek79.wordpress.com/2018/08/09/399-carlos-ruiz-zafon-le-labyrinthe-des-esprits/