{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Histoire Vraie De Nos Vies Formidables

Elizabeth Crane

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Libella - Phébus - Libretto

Ce qu'en dit l'éditeur

Une mère et une fille se regardent et se racontent au prisme du temps passé. Betsy, aspirante écrivaine, écrit l’histoire de sa mère, Lois, une enfant du Midwest qui a tout quitté dans les années 50 pour embrasser une carrière à l’opéra. En retour, cette dernière confie à sa fille, ses souvenirs de jeune mère et de femme ambitieuse bouleversée par l’arrivée d’un enfant dans l’Amérique opulente de l’après-guerre. Ultime tentative de rapprochement entre une mère et une fille, le livre d’Elizabeth Crane est un entrelacs subtil de tendresse et de regret, d’anecdotes familiales et de descriptions sociales.

Elizabeth Crane vit à Chicago. Celle qui se destinait initialement à une carrière de cantatrice est devenue l’un des écrivains les plus originaux et les plus décapants de sa génération. Elle est l’auteur aux Éditions Phébus de quatre livres : Feu occulte (2005), Bonté divine (2006), Banana Love (2008) et Une famille heureuse (2013).

Critique postée par :

Yves Montmartin

Quelques boites à ranger dans un grenier et voilà les souvenirs qui surgissent. Son père Fred était professeur de musicologie , sa mère Lois cantatrice. Betsy est née dans une famille où l'on ne jette rien.

Montmartin 19 janvier 2018
★★★★★
★★★★★
Quelques boites à ranger dans un grenier et voilà les souvenirs qui surgissent. Son père Fred était professeur de musicologie, sa mère Lois cantatrice. Betsy est née dans une famille où l'on ne jette rien.

Lois est obligée pour son travail à de fréquents séjours à New-York. Un papa et une maman qui empruntent un chemin différent, une petite fille qui ne comprend pas pourquoi elle doit changer de cadre de vie et d'école, pourquoi elle ne peut pas voir son papa un mercredi sur deux.

Quand elle sera grande, Betsy sera vedette à Broadway, vétérinaire ou espionne, mais à douze ans avec sa copine Nina ses sujets de conversations tournent autour des garçons et des garçons.

Boire pour oublier sa solitude à en devenir alcoolique, entre déménagements, petits boulots et relations amoureuses décevantes.

L'auteur explore donc son histoire personnelle, mais ce récit est bien éloigné d'une autobiographie traditionnelle. Elle s'imagine assise aux côtés de sa mère et chacune raconte ce qu'elle croit savoir de la vie de l'autre. Si les cent premières pages sont agréables à lire, avec des passages savoureux comme lorsque Betsy jouent avec ses amies à la psychologue, ensuite malheureusement on déroche vite. Betsy souhaite, en effet, écrire l'histoire de sa maman, pas vraiment les événements tels qu'ils se sont déroulés, mais des circonstances similaires et crédibles alors elle se laisse emporter par son imagination et invente des histoires où mère et fille sont soeurs, la ligne de séparation entre ce qui est réel et ce qui ne l'est pas devient complètement floue.

Un récit donc non conventionnel, très novateur, bien écrit mais dans lequel je n'ai pas réussi à m'immerger.