{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Critique par Anthony Descaillot

Certains livres passent dans vos mains et vous les oubliez de suite. D’autres marquent votre esprit pour différentes raisons. Vous pouvez au choix apprécier l’histoire, aimer l’atmosphère, vous attacher aux personnages ou accrocher à l’écriture. Et...

Lire la suite
Critique par Rachel Vignon

Article au complet sur le blog : http://les-mots-de-gaiange.over-blog.com/2017/01/harper.html

Ce roman est une lettre ouverte, un journal intime, un cri d'amour. Le cri d'amour de Harper pour la personne qu'il aime le plus au monde....

Lire la suite
Critique par Tatiana Fralova

« Trop différente. Trop de langue maternelle yazige. Peut-être avez-vous sous-estimé la puissance de la culture familiale, peut-être que ce qui figurait sur vos bulletins de notes, vos difficultés à vous exprimer dans un français correct au cours...

Lire la suite
Critique par Rachel Vignon

Article complet sur mon blog
http://les-mots-de-gaiange.over-blog.com/2016/12/hortense.html

Encore une fois Jacques Expert a eu raison de moi. J'ai englouti ce roman en moins d'une journée et j'ai eu cette claque en pleine face avec...

Lire la suite
Critique par Manon Catala

« Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Quelle écriture magnifique, ample, puissante, à la fois lyrique et crue, violente et sensuelle : franchement, je n’en reviens pas ! Et pourtant, j’en lis des livres, qui me plaisent d’ailleurs, souvent beaucoup même, qui sont correctement écrits...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Du « temps des amours » au « temps des secrets » et des déceptions.

Lire la suite
Critique par lireaulit

Les Vies de papier est un roman que je vais garder bien précieusement dans un coin de ma bibliothèque, à portée de main et de regard comme le portrait d’un être cher que l’on aime avoir sous les yeux…
Oui, j’ai adoré le personnage d’Aaliya Saleh...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Enfin ! Le nouveau Donald Ray Pollock est arrivé ! Depuis que j’ai découvert « Le diable, tout le temps » grâce au magazine LIRE qui l’avait nommé meilleur livre de l’année 2012, j’attendais avec impatience son nouvel opus. Ce premier roman avait...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

J’ai rencontré Oscar Lalo à la foire du livre de Brive. Il a été vraiment accessible et plein d’entrain pour son première expérience dans le monde de la littérature. J’ai donc ouvert cet ouvrage avec une grande envie même si je n’en connaissais pas...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

J’ai entendu parler de Karine Tuil pour la première fois lors de la sortie de son précédent roman « L’invention de nos vies ». Je n’avais pas eu l’occasion de le lire alors je me devais de ne pas manquer le nouvel opus.

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Dès les premières lignes de ce roman, le lecteur est plongé au fin fond de la campagne profonde, les deux pieds dans la merde. Si le mot « merde » vous paraît choquant en début de chronique, vous n’êtes pas au bout de vos peines si vous décidez de...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Le cas Charles Manson fait encore beaucoup parler aujourd’hui. Pour preuve, deux livres lui sont consacrés en cette rentrée littéraire : Le « California Girls » de Simon Liberati se focalise sur les crimes perpétrés par la famille Manson, tandis...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

On ne compte plus le nombre d’histoires qui débutent après l’apocalypse, lorsque le monde actuel s’est éteint. Au cinéma, dans les séries télévisées ou dans la littérature, c’est devenu monnaie courante. Dans le genre « Young adults », une...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Valentine Goby m’avait bouleversé avec son roman « Kinderzimmer » qui nous racontait les camps de concentration pour femmes et le destin des nourrissons de celles-ci. Le thème n’était pas gai, le texte non plus d’ailleurs, mais elle avait su...

Lire la suite