{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Critique par FROISSART

Le savoir donne d’emblée le genre et la tonalité du contenu : une biographie satirique du dictateur, que l’auteur a commencé à rédiger en 1931, à laquelle il a travaillé de manière intermittente jusque dans les années cinquante, et qui n’a jamais...

Lire la suite
Critique par Sylvie Martinez

Christophe Ono-Dit-Biot nous offre avec la suite de "Plonger" un moment de lecture plein de nostalgie, de merveilleux et de délicatesse.
César a décidé de mourir. Mais une jeune femme sonne à sa porte et contrarie ses plans. Étudiante en...

Lire la suite
Critique par Manon Catala

"Une romancière à succès revient sur un crime commis dans la demeure de sa grand-mère pendant la guerre, un soir de réveillon. Un employé de bureau qui s’est introduit de nuit dans le bureau de son patron pour feuilleter ses revues...

Lire la suite
Critique par Manon Catala

Jamie Watson, arrière-petit-fils du célèbre Dr Watson, ne voulait pas cette bourse pour Sherringford, un collège chic de la côte Est des États-Unis… et encore moins y croiser Charlotte Holmes. L’arrière-petite- fille de Sherlock a hérité du célèbre...

Lire la suite
Critique par Manon Catala

« Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Quelle écriture magnifique, ample, puissante, à la fois lyrique et crue, violente et sensuelle : franchement, je n’en reviens pas ! Et pourtant, j’en lis des livres, qui me plaisent d’ailleurs, souvent beaucoup même, qui sont correctement écrits...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Les Vies de papier est un roman que je vais garder bien précieusement dans un coin de ma bibliothèque, à portée de main et de regard comme le portrait d’un être cher que l’on aime avoir sous les yeux…
Oui, j’ai adoré le personnage d’Aaliya Saleh...

Lire la suite
Critique par lireaulit

« Loi du 22 juillet 1941 relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs
publiée au Journal officiel du 26 août 1941.
Nous, Maréchal de France, chef de l'Etat français, Le conseil des ministres entendu, Décrétons:
Art. 1. - En vue...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Années vingt ou trente, hôpital Hadassah de Tel-Aviv, Dvorah donne naissance à Véra. Elle aurait préféré un autre prénom : Tsipi, Ruthi, Shula ou Hermona. Mais Léon, son mari, a choisi Véra, en souvenir de Véra Weizmann. Trop « galoutique », juge...

Lire la suite
Critique par lireaulit

La Fête est finie est une comédie à la fois loufoque et grinçante, une belle satire de notre époque : on rit pour ne pas pleurer, parce que franchement, il y aurait de quoi se taper la tête contre les murs… Victor, dit Totor, physiquement, «...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Il est des livres pour lesquels l’activité somme toute assez solitaire de la lecture ne convient absolument pas. Et pourquoi donc, me direz-vous ? Eh bien, parce qu’on a envie de les partager, là, tout de suite, d’en lire des passages, aux uns, aux...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Je voulais juste parcourir les premières lignes histoire de jeter un coup d’œil sur le style, l’écriture quoi… J’ai été happée. Littéralement. Emportée par le cycle « Prélavage ». Je n’ai reposé le livre qu’après la « vidange » ! Il faut dire, ça...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Dans une lettre datée du 23 février 1933 et adressée à une de ses amies, Virginia Woolf explique qu’elle est sortie épuisée de la rédaction de son ambitieux roman : Les Vagues et profondément touchée par la disparition de son ami l’écrivain...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Cheminé par monts et vaux Lumineux- Traversé des lacs morts-et les ondes prisonnières M’ont chuchoté Un secret Antonia Pozzi, Névés

Le garçon a trente ans et se sent « à bout de force ». On n’en saura pas plus sinon que tous ses projets semblent...

Lire la suite
Critique par lireaulit

Lire La Maison du vagabond, c’est rencontrer un homme : Mariusz Wilk et un lieu : une maison en bois dans un village à moitié déserté, Konda Berejnaïa, sur la rive nord du lac Onega, un des plus grands lacs d’Europe, en république de Carélie. Et...

Lire la suite