{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Critique par Anthony Descaillot

Dans la famille littéraire des Musso, tout le monde connait Guillaume, le poids lourd des ventes. Mais il y a aussi Valentin, son frère, qui agit depuis quelques années et qui est plus confidentiel. Contrairement à la plupart des lecteurs, j’ai...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Lionel Shriver est une auteure dont la popularité a explosé à la sortie de « Il faut qu’on parle de Kevin ». Ce roman controversé, adapté au cinéma, a été un grand succès littéraire. Moi qui ai toujours peur de passer à côté de nouveautés et qui...

Lire la suite
Critique par FROISSART

Toshio, écrivain, mène une double vie tranquille, organisée, avec d’une part Miho, son épouse depuis dix ans, et ses deux enfants Shinichi et Maya, avec d’autre part sa maîtresse, désignée tout au long du récit par le syntagme « la femme », depuis...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Même si l’auteur de ces lignes n’est pas un habitué des romans policiers, il s’était dit qu’il fallait essayer depuis le temps où il avait laissé Hercule Poirot agiter ses « petites cellules grises ». De plus, l’auteure l’avait intrigué : comment...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Renaud a bercé mon enfance, égayé mon adolescence et continue d’accompagner ma vie d’aujourd’hui. J’ai évolué à ses côtés et je fais partie de ceux qui le suivent et qui apprécient toutes ses phases musicales. Cet artiste est passé par différentes...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Michael Connelly fait partie de mes auteurs de polars préférés. De temps en temps, j’aime me plonger dans une de ses intrigues qui sont toujours bien construites. Quant à Harry Bosh, depuis notre première rencontre, je me suis obligé à suivre ses...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Salaire de la peur en Macédoine.
L’Humanitaire, voilà une belle institution: partir à quelques-uns, la fleur au fusil - surtout la fleur - à l’ombre de l’ONU, par exemple, pour faire parvenir aux populations persécutées, sous le feu de la guerre,...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Après avoir été une nouvelle fois enthousiasmé par DOA et son « Citoyens clandestins », je poursuis mon expérience avec la suite « Le serpent aux mille coupures ». Les deux histoires sont réunies dans un volume appelé « Cycle Clandestin 1 »....

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

J’habite dans la région clermontoise depuis quelques années. Dès mon arrivée, j’avais entendu parler de Cécile Coulon, l’écrivaine précoce qui faisait la fierté des libraires de la ville. Il a fallu qu’elle sévisse pendant dix ans avant qu’enfin je...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

J’avais placé Retour à Belle étoile sous l’égide de Sénèque, «une des plus belles qualités d’une véritable amitié est de comprendre et d’être compris». Avec ce second volume qui peut à la fois se lire comme une suite, mais aussi indépendamment,...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Une nouvelle collection de romans noirs lancée par la maison Plon, une couverture très stylée, un polar qui se déroule au Gabon, un auteur annoncé comme le Ellroy africain, tout était réuni pour attirer mon attention. C’est donc avec exaltation que...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Lors de ma première rencontre avec DOA aux Quais du Polar 2016, suite à ma lecture de « Pukhtu Primo », celui-ci m’avait conseillé de lire « Citoyens clandestins » et « Le serpent aux mille coupures » si je voulais connaitre les origines qui...

Lire la suite
Critique par Christelle Rastelli

Le dernier Delacourt : voilà un livre que j'attendais avec impatience, bien que ni le titre ni le bandeau accolé par l'éditeur n'aient eu sur moi un effet particulièrement motivant. Au final, ce n'est pas le grand coup de cœur...

Lire la suite
Critique par Anthony Descaillot

Après ma chronique sur « L’amie prodigieuse », certaines lectrices m’ont reproché de qualifier ce livre de lecture destinée aux femmes. Selon elles, si je n’accrochais pas à l’histoire, ce n’était pas le sexe qui était en cause mais le manque...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Ce roman ne peut s’adresser à un couple qui souhaite confier sa progéniture à une nourrice à
demeure: il ne pourrait vivre que dans l’angoisse perpétuelle d’un appel intempestif et rédhibitoire.

Lire la suite