{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Critique par Yves Montmartin

1946, comté du Kent, Angleterre. Maggie Fuller, 26 ans, est fille et petite fille de féministes militantes qui se battaient pour l'égalité des sexes. Elle a donc un talent héréditaire pour la contestation. Si la vie avait obéi à une logique,...

Lire la suite
Critique par Yves Montmartin

La narratrice quitte son ancienne maison par un petit matin bleu pour un appartement à l’est de Londres, sommairement agencé, où elle va poser sa vie pour un temps.

Lire la suite
Critique par Yves Montmartin

1929, la disparition du banquier Marcel Pericourt survient à une époque inquiétante tant sur le plan économique que politique.

Lire la suite
Critique par Yves Montmartin

Seul celui qui jouissait du luxe de la lenteur était en mesure de caresser le rêve de posséder le plus précieux des biens de ce monde : le temps.

Lire la suite
Critique par Virginy Faury

Lennie serra les doigts, se cramponna aux cheveux.

– Lâche-moi, cria-t-elle. Mais lâche-moi donc.

Lennie était affolé. Son visage se contractait. Elle se mit à hurler et, de l’autre main, il lui couvrit la bouche et le nez.

– Non, j’vous en pris,...

Lire la suite
Critique par Yves Montmartin

On ne sait jamais comment alléger la tristesse des mères qui disparaissent. La tristesse, elle, ne disparaît pas.

Lire la suite
Critique par Héloïse Goy

Je ne vais pas vous raconter d’histoire, Le sommeil le plus doux est un roman dur, il sonde et décortique le chagrin brutal d’une jeune fille qui perd sa maman. Je vous en parle néanmoins car j’ai appris que les livres bouleversants ont aussi...

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

Ce beau roman est d’abord une histoire de famille. D’abord l’histoire de deux sœurs, Anne et Claire Berest, qui jusque-là suivaient des trajectoires individuelles. Après avoir chacune publié des romans, elles se sont retrouvées autour de ce projet....

Lire la suite
Critique par Henri-Charles Dahlem

Un mille-feuille. Je ne vois pas meilleure image que ce grand classique de la pâtisserie française pour décrire ce délicieux roman, si riche et si magnifiquement construit, offrant des couches successives de lecture pour nous régaler.

Lire la suite
Critique par Prince Vegeta

Le théâtre de l'absurde est sans aucun doute mon genre théâtrale favori. Tout d'abord car je ne m'y ennuie jamais. Ce genre sait être amusant sans être une comédie, et sait parfois être triste sans être une tragédie. Et souvent, au...

Lire la suite
Critique par Ambroise Raymond

Sanctuaire de William Faulkner, sorti en 1931, apporta gloire et fortune à son auteur. Après l’avoir renié, le romancier entame sa réécriture et propose une nouvelle version qui nous est parvenue aujourd’hui. Je viens d’en achever la lecture et le...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Caïn et Abel chez les SS.
Voilà un récit bien étonnant. Depuis quelque temps, Les auteur(e)s prennent un malin plaisir à déconstruire le temps et à habituer le lecteur à suivre deux histoires à la fois, même si celles-ci se logent à des époques...

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Du « temps des amours » au « temps des secrets » et des déceptions.

Lire la suite
Critique par Alain Dagnez

Sur une musique de Sibélius : un tableau peut en cacher un autre.

Lire la suite