{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil
Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Pocket

Ce qu'en dit l'éditeur

Respirez ! À fond ! Et laissez-vous emporter par la fantaisie malicieuse et cruelle de Jean Teulé qui dit l'extraordinaire des destins ordinaires. Jean Teulé est l'auteur d'une quinzaine de romans, tous publiés chez Julliard, parmi lesquels, Je, François Villon (prix du récit biographique) ; Le Magasin des Suicides (traduit en dix-neuf langues), adapté en 2012 par Patrice Leconte ; Darling, également porté sur les écrans avec Christine Carrière, avec Marina Foïs et Guillaume Canet ; Mangez-le si vous voulez ; mis en scène à Paris en 2014, tout comme Charly 9 qui s'est joué en 2014 à Metz ; Les Lois de la gravité, déjà adapté au cinéma en 2013 par J-P. Lilienfeld sous le titre Arrêtez-moi ! avec Miou-Miou, s'est joué à partir du mois de février 2015 au Théâtre Hébertot ; Le Montespan (prix Maison de la Presse et Grand prix Palatine du roman historique), est également en cours d'adaptation cinématographique et Fleur de tonnerre, adapté par Stéphanie Pillonca Kervern, sortira en salles en 2016 avec Benjamin Biolay et Déborah François dans le rôle de l'empoisonneuse.

Critique postée par :

Lindsay Hardy

Connu autant pour sa plume poétique que sa langue gouailleuse, j'avoue avoir été ces quelques années fâchée avec Jean Teulé. Pourtant, notre histoire d'amour littéraire a démarré sur les chapeaux de roue ! Découvert avec "Le magasin des suicides" puis "Le Montespan", j'ai été envoûtée par son humour noir, cette langue limite familière mais jamais grossière porté par un sens de la poésie fascinant. Il n'est pas exagéré de dire que j'attends ses romans avec impatience, me délectant d'avance de ses prochaines facéties. Jusqu'au jour où paru "Eloise, ouille !". Quelle déception, tromperie ! Mais j'ai décidé de récidiver. Pour ne pas rester sur un échec. Pour lui redonner une chance. Parce que l'auteur aime les petites anecdotes, ce qui donne souvent, de belles histoires. C'est parti pour quarante nouvelles légères, absurdes ou tendres, mais pas que.

De la nouvelle légère à celle plus profonde, Jean Teulé nous distrait avec de très courtes histoires (de une à trois pages seulement). Un sens du condensé extrême pour une lecture rapide mais non dénué d'intérêt. Celle de "Petite fleur" par exemple est d'une tendresse et mélancolie absolue, me laissant la gorge serrée, touchée par tant d'amour.

Alors que des musiciens de rue tentent de dérider les passants, une vieille dame et son cabas s'approche du quatuor pour se laisser bercer par la musique de "Petite Fleur" de Sidney Bechet. Entamant une danse toute personnel, ivre de nostalgie, elle explique à l'auteur avoir rencontré son mari sur cet air au café de Flore alors qu'elle n'était qu'une toute jeune femme en 1949. Alors, de ces propres paroles : "Quand je danse ce standard, c'est comme si je retrouvais mon époux."

Cette anecdote me rappelle un séjour à Paris il y a quelques années où, me baladant du côté de Saint-Germain des Prés, j'entends tout d'abord un groupe jouer un morceau de jazz sur le bord de l'asphalte. J'écoute, hypnotisé, quand j'aperçois un vieux monsieur pleurer à l'écoute de la mélodie. Quel souvenir lui revenait en mémoire ? Était-il nostalgique, heureux ou simplement triste ? Sa réaction m'a laissée coite, voleuse d'un intime instant que je retrouve grâce à Jean Teulé.

Alors que le romancier se balade dans les villes et les villages de France, il photographie une drôlerie : des panneaux de rues aux noms particuliers... Alors qu'il rentre dans la Rue de Coupe Gorge, il poursuit son chemin par la Rue Sauve qui peut pour enfin trouver Rue d'amour ! Original.

Autre nouvelle, nouvel humour, noir celui-ci ! Intitulé "Joyeux Noel", cette courte histoire met en scène un couple de seniors qui ne sait, mais alors pas du tout, ce qu'ils vont bien pouvoir s'offrir pour les fêtes de fin d'année. Ils décident donc de s'offrir...des urnes funéraires ! Biodégradables, bleus ou roses, elles semblent le cadeau idéal pour ce vieux couple à l'humour bien tranché. La scène aux pompes funèbre est hilarante et la suite encore plus. Drôle mais profond, comme un pied de nez à la mort.

Dernière nouvelle et non du moindre, "Sophiiie..." . Sensible et poétique, elle rappelle que les mauvais instants partagés peuvent s'avérer de bons souvenirs.

Sylvie et Sophie sont sœurs. Alors que cette dernière récupère la chambre de son frère parti s'engager dans l'armée, Sylvie n'arrive pas à s'habituer à dormir seule. Tous les soirs, la même litanie : "Sophiiie..., j'ai peur. Tu viens dormir avec moi ?". Ne supportant plus ces demandes nocturnes, Sophie décide d'entrer en internat. Désormais adultes, les enfants se sont éparpillés en France et y ont construit une vie. Mais Sylvie développe un cancer. Un soir, elle téléphone à sa sœur : "Sophiiie..., j'ai peur...". La cadette partie retrouver sa sœur enlace tendrement, peut-être pour la dernière fois, celle qui lui a gâché tant de nuits pour le faire, cette fois-ci, avec plaisir.

Surprenantes et fraîches, ces pastilles sont d'une simplicité à toutes épreuves. Pourtant, il serait réducteur d'en faire de vulgaires anecdotes sans perspectives. Oui, certaines sont très (trop) simples, contrairement à d'autres beaucoup plus puissantes. Les chutes sont parfois inégales, mais en fait, on s'en fout un peu !

Pourquoi ? Parce que ces nouvelles sont innocentes, délicates et faussement anodines. En croquant ces destins ordinaires, l'auteur en fait, malgré eux des gens extraordinaires et c'est exactement ce qu'il me fallait. J'ai presque retrouvé mon Jean Teulé, ne me manque qu'un peu plus d’espièglerie et je serais comblé. Jean Teulé, si vous me lisez, je veux boire votre poésie et votre nonchalance jusqu'à plus soif !

Que boire et manger au son des pages tournées ? Une verrine à la mousse de fraises devrait ravir les papilles, tout comme un thé glacé au citron et à la menthe. Respirez, c'est l'été ! (Enfin pour ceux qui vivent à la Réunion...gnark, gnark, gnark !)