{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Clandestinos

Jack Kerley, Emmanuel Plisson

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Mosaïc

Ce qu'en dit l'éditeur

Pour préserver leurs secrets, ils n'hésiteront pas à tuer... Spécialiste des enquêtes complexes, Carson Ryder pense avoir vu ce que l'homme peut faire de pire. Mais dès son arrivée à Miami, où il vient d'intégrer le centre anti-criminel de Floride, il est appelé sur une scène de crime particulièrement atroce : une colonne de béton où ont été coulés des corps de femmes, des corps dont le visage garde à tout jamais, figée dans la pierre, une effroyable expression de souffrance et de terreur.
Pour percer le secret de cette colonne, Ryder va devoir plonger dans l'univers sordide du trafic d'êtres humains. Et retrouver une jeune femme qui pourrait lui permettre de comprendre ce qui s'est passé. Sauf qu'il n'est pas le seul à vouloir mettre la main sur elle. Et que ceux qui la traquent n'hésiteront pas à tuer pour voir leur secret préservé. A travers ce thriller implacable, Jack Kerley offre sa réponse romanesque à nos interrogations sur l'état de santé de notre monde.
Un monde qui pousse une partie de ses habitants à fuir la pauvreté de leur pays, en quête d'un eldorado souvent inaccessible, et à ne devenir que des âmes errantes sans passé ni avenir. Des apatrides éternels. Des clandestinos.

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Un container débarque d’un cargo en provenance du Honduras. A l’intérieur, 17 cadavres et une survivante.
Un an plus tard, Carson Ryder profite de ses derniers jours de congé avant de reprendre du service au sein du Centre Anti Criminalité de Floride. Pour cet ancien flic de la brigade criminelle, spécialiste des cas les plus tordus, le repos va être de courte durée.
Son nouveau patron Roy McDermott l’appelle pour un cas peu commun et assez glauque.
Au milieu de nulle part, le visage d’une femme, les yeux écarquillés, la bouche déformée par la terreur est retrouvée dans une fosse où se dresse une colonne avec d’autres corps humains à l’intérieur.
Avec une équipe de pro, revêche qui voit d’un très mauvais oeil de se laisser supplanter “leur” affaire par un petit “nouveau”, Ryder va devoir s’imposer et faire ses preuves malgré ses 10 ans d’expérience…

Put…. que c’était bon !
Et pourtant, c’était mal parti avec une quatrième de couverture qui au départ, semble dévoiler des éléments qui auraient pu susciter un intérêt plus grandissant ; mais au fil de cette lecture, on se rend compte que tout est dans la subtilité.
Le ton de ce roman, la répartie (avec une pointe d'humour) dans les dialogues, et les révélations qui vous tombent dessus sans que vous les voyez arriver donnent un très bon rythme. Autre point fort de ce roman, la façon dont les personnages sont travaillés.
Thriller à l’ancienne, notre expert des psychopathes et sociopathes de l’extrême habitué au travail de terrain, mise plus sur ses méninges que sur les nouvelles technologies.
Sans entrer dans les descriptions gores et très explicites, bien que certains détails le sont, c’est essentiellement sur le poids des mots employés qui rendent certaines scènes très dures sur le calvaire que subissent ces personnages fracassés qui rêvent d’une vie meilleure.

Simple au premier abord et terriblement efficace, on ne sait à aucun moment la tournure que va prendre ce roman. Et Jack Kerley ne cesse de nous surprendre, et ce jusqu’à la fin de son roman.