{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Ceux Qui Te Mentent

Ellwood Nuala

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Michel Lafon Publishing

Ce qu'en dit l'éditeur

Kate est reporter de guerre et souffre de stress posttraumatique. A cause, entre autres, d'un enfant qu'elle n'a pas pu sauver à Alep. Quand elle rentre à Herne Bay pour les obsèques de sa mère, Kate se souvient de cet endroit où tout allait bien jusqu'à la mort de David, son petit frère. Un accident. Ensuite plus rien n'a jamais été pareil. Son père est devenu violent. Sa mère a perdu la raison. Puis sa soeur, Sally, a sombré elle aussi, malgré l'aide de son mari, Paul.
Dès son retour dans la maison de son enfance, Kate se sent oppressée et abuse des somnifères. Elle entend un petit garçon crier la nuit chez les voisins et ne sait plus ce qui est réel ou le fruit de son imagination torturée. Alors elle prévient Paul et Sally qui ne la croient pas, la police non plus. Il n'y a pas d'enfant chez la voisine qui vit seule. Pourtant elle l'a vu. Dans le jardin d'à côté.
Elle sait qu'il existe...

Critique postée par :

Chloé Niccolo

Reporter sur les zones de conflits, Kate Rafter de retour d’Alep, revient en Angleterre pour finaliser la vente de la maison de sa mère, récemment décédée.
Atteinte de stress post-traumatique pour ne pas avoir pu sauver Nidal, un jeune syrien avec qui Kate s’était liée d’amitié, le retour dans la maison familiale est aussi un traumatisme pour la journaliste. C’est dans cette demeure que des années plus tôt la famille a sombré à la mort de David, le jeune frère de Kate retrouvé noyé.
Une maison chargée d’histoires où Kate entend les cris d’un enfant, malgré sa consommation excessive de somnifères. Personne ne veut la croire et pour cause, les voisins n’ont pas d’enfant. Mais Kate persiste et va découvrir une toute autre réalité…

Entre “thriller” psychologique et roman noir, Ceux qui te mentent raconte l’histoire d’une famille à travers la voix de deux soeurs, Kate et Sally. Elles ne se parlent plus depuis plusieurs années, n’ont rien en commun, sauf leur passé dont chacune a une vision différente.

Une première partie qui alterne entre le retour de Kate sur les lieux de son enfance et son interrogatoire lors d’une garde à vue. A travers sa détention, on découvre Kate, les dommages sur sa vie personnelle mais aussi professionnelle avec ce métier à risques, une sorte de rédemption de son passé.
La deuxième partie laisse la parole à Sally, sa soeur à la dérive, dont le couple n’est qu’apparence, brisé comme l’est sa propre famille.

Tous les personnages, complexes à leur manière, apportent de la densité à ce roman.
Un roman qui prend forme comme un puzzle et va prendre sa force au fil des pages.

N'ayez pas d'appréhension en voyant qu’il est question de guerre, de Syrie, car finalement c’est dosé juste comme il faut pour comprendre le personnage de Kate. Les courts passages, les souvenirs de l’héroïne sur les zones de guerre sont bien documentés et permettent d’avoir une approche du métier des reporters sur ces zones à risques.

Un très bon premier roman, percutant, touchant, surprenant et bouleversant (oui oui tout ça !).