{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Les Rêveurs : Premier Roman

Carré Isabelle

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Editions Grasset Et Fasquelle

Ce qu'en dit l'éditeur

« On devrait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander un engagement au vendeur – certifiez-moi qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance… »
I. C.

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Critique postée par :

Yves Montmartin

Une mère à la folie insupportable, un père qui tient plus que tout aux apparences.

Un petit studio près de la clinique, loin de l'univers bourgeois de sa famille qui l'a rejetée. Il ne faut pas que ses amies l'a voie, et surtout qu'elle signe bien le papier avant l'accouchement, une famille pourra accueillir son bébé.

Il est étudiant aux beaux-arts, il parle beaucoup, avec passion, il vient d'un milieu opposé au sien. Dès qu'il l'a voit, il lui trouve une grâce différente, elle capte toute la lumière, mais semble si lointaine, comme si elle ne fait que passer. Il l'aime telle qu'elle est, lui propose de garder l'enfant, d'en devenir le père.

Une maman qui s'est approchée plusieurs fois du bonheur, mais à peine entrevu, il s'échappe déjà, imperceptiblement elle quitte la partie, ses yeux se perdent dans le vague, hésite sur les mots, ne terminent pas ses phrases.

Une adolescente qui veut vivre avec des parents classiques dans une famille classique et non pas dans une famille bordélique.Une chambre d'hôpital, une perfusion, un lavage d'estomac, une tentative de suicide à 14 ans.
Les souvenirs d'enfance s'égrainent dans l'insouciance, les jeux, les rires, les courses dans l'appartement, les feux dans la cheminée, le piano et le voisin qui se plaint, voler des fleurs dans un cimetière, les expositions à Beaubourg.

L'écriture est légère et fluide, mais le récit se fait plus grave quand Isabelle Carré évoque la séparation douloureuse de ses parents et son envie d'habiter une zone neutre, l'homosexualité de son père et sa maman, privée de tendresse depuis son enfance qui plus tard sculptera des femmes sans bras.

Isabelle est une personne discrète et lumineuse, une actrice connue que personne ne connait réellement, dans ce récit qui ne respecte aucune chronologie, dans ce désordre à l'image de sa vie, elle nous livre avec toute sa générosité et sa fragilité ses blessures et ses cicatrices, un premier roman autobiographique émouvant.