{{type}}
{{genre}}
{{register}}
Retourner à l'accueil

Le Prince À La Petite Tasse

Turckheim Emilie De

Ajouter sur Collibris
Disponible aux éditions Editions Calmann-Lévy

Ce qu'en dit l'éditeur

Un jour, j'ai dit : "Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu'un pourrait habiter chez nous, peut-être ?" Et Fabrice a dit : "Oui, il faudra juste acheter un lit". Et notre fils Marius a dit : "Faudra apprendre sa langue avant qu'il arrive". Et son petit frère Noé a ajouté : "Faudra surtout lui apprendre à joueraux cartes, parce qu'on adore jouer aux cartes, nous !" Pendant neuf mois, Emilie, Fabrice et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre à l'âge de douze ans.
Ce journal lumineux retrace la formidable aventure de ces mois passés à se découvrir et à retrouver ce qu'on avait égaré en chemin : l'espoir et la fraternité.

Critique postée par :

Anthony Descaillot

« Toi qui t’inquiètes tant du sort des migrants, pourquoi tu n’en prends pas un chez toi ! ». Qui n’a jamais entendu une connaissance se lancer dans une de ces envolées démagogiques ? Emilie De Turckheim apporte la solution pour répondre à cette question : elle et sa famille ont décidé d’accueillir un immigré au sein de leur foyer.

Pendant quelques mois, elle a tenu un journal où elle a retranscrit toutes les interactions concernant Reza, leur invité. Jour par jour, le lecteur découvre donc ce personnage qui apparaît comme atypique par ses différences. Il est issu d’un autre pays, d’une autre culture et ne parle pas la même langue. Son comportement, ses idées et ses échanges avec la famille génèrent des situations tour à tour décalées et dérangeantes. Les dialogues sont souvent cocasses, surtout lorsqu’ils ont lieu avec les enfants. Leur naïveté entraîne des interrogations qui ouvrent sur des réflexions intéressantes concernant notre société.

Au final, tous ces moments passés ensemble vont permettre aux deux parties d’évoluer dans leur rapport à l’autre. Ce récit ouvre aussi les portes de notre esprit en faisant la démonstration, par l’exemple, de l’importance de la communication. Cela peut permettre de désamorcer la peur légitime de ce qui nous est inconnu et agrandir le champ des possibles.

Sans fioriture et en toute simplicité, Emilie De Turckheim nous livre un court récit d’une grande générosité. Avec une écriture sobre et agréable, elle ne cherche à aucun moment à donner des leçons ou à être moralisatrice. Elle veut juste nous montrer le quotidien singulier qu’elle a vécu durant ces semaines et qui a changé sa vie. Je ne connaissais pas les romans de cette autrice et cela ne saurait tarder. Mais j’ai beaucoup aimé ce petit traité de bienveillance qui peut, à sa petite échelle, faire évoluer les mentalités et redonner aux étrangers une part d’humanité.

https://leslivresdek79.wordpress.com/2018/08/22/401-emilie-de-turckheim-le-prince-a-la-petite-tasse/